Dîner de gala : Les 80 ans du roi Harald V et de la reine Sonja de Norvège (III)

Après les deux premiers articles concernant les 80 ans des souverains norvégiens (ici et ), il est temps de voir maintenant le dernier soir des festivités : un dîner offert par le gouvernement norvégien à divers invités de marque, dont les invités royaux. Pas de diadèmes, hélas, ce soir-là, mais quelques splendides bijoux sortis des écrins royaux…

2017 05 09 80 ans Harald V et Sonja de Norvège 38 à l'Opéra

Les souverains norvégiens

Bravant la pluie et la froidure, les invités royaux défilèrent en grande tenue avant d’entrer à l’Opéra d’Oslo. La reine Sonja avait revêtu une robe en camaïeux de bleus dessinée par les ateliers de l’Opéra d’Oslo.

Les bijoux de la reine

Des perles la paraient au cou, au poignet et aux oreilles : on reconnaît notamment les célèbres colliers de perles de la reine Maud. Dans les cheveux, trois petites fleurs en perles et diamants, tandis qu’une autre fleur en diamants retenait ses cheveux du côté droit.

La princesse héritière Mette-Marit

Sobriété pour la princesse héritière Mette-Marit qui, comme bon nombre de ses « collègues » royales, avait misé sur du bleu. Dans une robe fluide et plissée bleu nuit, rebrodée de dentelle, signée Marte Krogh, la princesse avait choisi d’arborer les mêmes boucles d’oreilles que la veille. Mais au lieu d’une perle en pendant, c’était cette fois des pierres rouges en forme de poires qui les ornaient. Des rubis ? Continuer à lire … « Dîner de gala : Les 80 ans du roi Harald V et de la reine Sonja de Norvège (III) »

Publicités

Dîner de gala : Les 70 ans du roi Harald V de Norvège (2007) (II)

 

Embed from Getty Images

Après notre première série sur l’anniversaire du roi Harald V de Norvège, continuons d’examiner les diadèmes de sortie le 24 février 2007, en voyant à présent le reste de la famille très proche du roi Harald, c’est-à-dire sa fille et sa sœur, et les filles et belles-filles des souverains d’alors. Continuer à lire … « Dîner de gala : Les 70 ans du roi Harald V de Norvège (2007) (II) »

Visite d’Etat : Espagne-Japon (2017)

2017 04 05 Spanish State Visit to Japan 4

Le toast : la princesse héritière Masako, l’impératrice Michiko, le roi Felipe, l’empereur Akihito et la reine Letizia

Après les récentes visites d’Etat néerlandaise et belge au Japon, c’est au tour des souverains espagnols de commencer leurs visites de présentation (il est de tradition qu’un monarque nouvellement intronisé rende visite aux autres monarques. Le roi Felipe et la reine Letizia, en raison de la crise gouvernementale, n’avaient pu se rendre au Japon et au Royaume-Uni l’année dernière). Les souverains espagnols ont donc pu enfin se rendre à l’invitation de l’empereur Akihito et de l’impératrice Michiko après la visite reportée de l’année dernière. Ils sont sur tous les fronts en ce moment, car cette visite est placée juste après la visite d’Etat argentine, et juste avant la visite d’Etat que Felipe et Letizia effectueront en juin au Royaume-Uni…

La reine d’Espagne

Enfin, re-voici la somptueuse robe Felipe Varela, déjà portée lors d’une visite d’Etat péruvienne en Espagne en 2015. Cette robe de contes de fée, bleu nuit, rebrodée de fils et de cristaux bleu marine, bleu de prusse et bleu saphir est absolument merveilleuse. Comme en 2015, Letizia la porte avec le diadème floral espagnol que, décidément, sa belle-mère semble lui avoir prêté à long terme. Sont également un prêt de sa belle-mère les boucles d’oreilles en saphirs et diamants. En outre, la broche du diadème Princesse d’Ansorena retient le grand-cordon de l’ordre de la Couronne précieuse (le roi Felipe VI, lui, porte le collier de l’ordre du Chrysanthème), et les bracelets des joyas de pasar brillent à son poignet gauche.

2017 04 05 Spanish State Visit to Japan 10

L’impératrice Michiko ne porte plus de diadème

Pour des raisons de santé, l’impératrice Michiko ne porte plus de diadème depuis plusieurs années. Néanmoins, elle arborait tout de même des boucles d’oreilles et un bracelet en diamants ainsi qu’une rivière de diamants au cou… A la pointe de son encolure en V est accrochée la version miniature de l’ordre de Charles III, tandis que  l’empereur porte le collier de la Toison d’or.

2017 04 05 Spanish State Visit to Japan 3

La princesse héritière Masako, qui semble plus en forme ces derniers temps

On revoit davantage en ce moment la princesse héritière Masako, qui a souffert d’une très grave dépression pendant une quinzaine d’années. C’est un plaisir de la voir ici, portant la parure dite Sunburst avec l’ordre espagnol d’Isabelle la Catholique (son époux arborant l’ordre espagnol de Charles III).

2017 04 05 Spanish State Visit to Japan 5

Le prince héritier Naruhito, la princesse Kiko d’Akishino et la princesse Mako d’Akishino

La famille impériale japonaise, fort nombreuse, est exclusivement composée de femmes qui assistent à toutes les occasions officielles et aux banquets d’Etat avec diadèmes (jusqu’à leur mariage). Ce qui nous vaut, en plus de la princesse héritière et de l’impératrice, NEUF autres diadèmes !!! En voici deux au-dessus, portés par la princesse Kiko d’Akishino, épouse du second fils de l’empereur, le prince Fumihito, et l’une de ses filles, la princesse Mako. Kiko porte l’ordre d’Isabelle la Catholique et Mako l’ordre de la Couronne précieuse. Admirez au passage la décoration florale assortie aux cordons de l’ordre de la Couronne précieuse…

2017 04 05 Spanish State Visit to Japan 6

La princesse Kako à côté de son père, le prince Fumihito d’Akishino

Et voici un diadème de plus, porté par la seconde fille des princes d’Akishino, la princesse Kako. Cette dernière, comme sa sœur, porte l’ordre de la Couronne précieuse. Son père, lui, arbore le cordon de l’ordre d’Isabelle la Catholique. Remarquez que tous les diadèmes des princesses japonaises sont réfléchis en miroir par le collier qu’elle porte également, qui reproduit exactement le même motif que le diadème.

2017 04 05 Spanish State Visit to Japan 8

Arrivée d’autres princesses japonaises (on en voit deux à gauche)

Etaient également présentes la princesse Nobuko Tomohito de Mikasa (épouse d’un cousin germain décédé de l’empereur) et ses deux filles, les princesses Akiko et Yoko de Mikasa qui devraient se trouver du côté gauche, après la princesse Kako et le prince Fumihito. Ce sont donc deux d’entre elles que l’on voit arriver sur la photo ci-dessus, à gauche.

2017 04 05 Spanish State Visit to Japan 2

Vue du banquet

Enfin, si vous regardez bien sur la photo ci-dessus, à droite des princesses Kiko et Mako (elles-mêmes à droite de la reine Letizia et du prince héritier), vous apercevrez de loin trois autres dames coiffées de diadèmes. Il s’agit de la princesse Hisako Norihito de Takamado (également épouse d’un cousin germain décédé de l’empereur) et de deux de ses filles, les princesses Tsuguko et Ayako de Takamado (il y a une troisième fille, Noriko, qui a quitté la famille impériale lors de son mariage).

Alors, qui dit mieux qu’onze diadèmes en une seule visite d’Etat ??

(Copyright photos : Hola & Paris Match, Vanitatis & Compte Twitter de la Casa Real)

 

 

Visite d’Etat : Espagne-Portugal (2016)

2016 11 28 Spanish State Visit to Portugal 5.jpg

Flashback sur une des visites d’Etat effectuées par le roi Felipe VI et la reine Letizia d’Espagne le 28 novembre dernier, à l’invitation du président de la République portugaise Marcelo Rebelo de Sousa…

2016 11 28 Spanish State Visit to Portugal 6

Toast lors du banquet d’Etat : le roi Felipe VI avec Marcelo Rebelo de Sousa, la reine Letizia avec le Premier ministre António Costa

Le premier soir a eu lieu un banquet d’Etat, au Palais des ducs de Bragance à Guimãraes. La reine Letizia resplendissait dans une robe longue noire fourreau en dentelles Carolina Herrera, déjà portée en 2014 pour la visite de la présidente chilienne, et barrée du cordon grand-croix rouge de l’Ordre du Christ retenu par une broche jumelle en diamants. La reine porte également son bracelet en diamants Cartier, et les boucles d’oreilles, également en diamants, de son mariage.

Gros plan sur la tenue de la reine Letizia

Mais ce n’est pas Letizia qui nous intéresse aujourd’hui, car Sa Majesté ne porte pas de diadème.  Hélas ! Etait-ce par souci de réserve alors que l’affaire Noós n’était pas encore terminée, ou pour mieux nous préparer au grand retour de La Buena ? Le protocole a-t-il changé au Portugal, comme en France (je ne pense pas, étant donné que la reine est ici en robe longue et décorations), ou la reine a-t-elle décidé de ne plus arborer des diadèmes à l’étranger que dans les autres monarchies (pitié, noooon !!!) ? Nul ne le sait.

2016 11 28 Spanish State Visit to Portugal 3

Le duc et la duchesse de Bragance au centre des danseurs

Heureusement, pour rattraper cette lamentable absence, une bonne surprise en la personne de la duchesse de Bragance. Comme souvent lorsque des monarques viennent en visite au Portugal, le prétendant à la Couronne portugaise et son épouse, Dom Duarte et Doña Isabel, ducs de Bragance, étaient présents au banquet d’Etat. Et, ô merveille, la charmante Doña Isabel arborait un diadème :

2016 11 28 Spanish State Visit to Portugal 4

Gros plan sur la duchesse de Bragance

Ce diadème en diamants est en réalité un collier dont le motif central semble adaptable et qui peut donc être arboré en diadème. Bonne surprise pour nous consoler de la fâcheuse absence de diadème de la reine d’Espagne.

Et d’ailleurs, heureusement, avait lieu ce même 28 novembre le banquet d’Etat de la visite des souverains belges aux Pays-Bas. Dîner de retour ici, pour compléter votre lecture.

(Copyright photos : Hola, Semana & PPE Agency)

Visite d’Etat : Argentine-Espagne (2017)

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-8

Juliana Awada, Mauricio Macri, le roi Felipe VI, la reine Letizia

Il y a une semaine, le 22 février, a eu lieu la visite d’Etat du président argentin Mauricio Macri et de son épouse Juliana Awada. Durant toute la visite, la reine et la première dame ont rivalisé d’élégance. Le soir, en particulier, lors du dîner de gala qui a eu lieu au Palais royal de Madrid

Sa Majesté la reine d’Espagne en compagnie de la première dame d’Argentine

Juliana Awada était vêtue d’une robe rose poudré brodée de fleurs et de cristaux, une vraie robe de contes de fées, parfaitement accessoirisée avec ses longues boucles d’oreilles de diamants, une minaudière étincelante et un ravissant chignon bas. Elle porte la décoration de l’ordre d’Isabelle la Catholique (grade de chevalier grand-croix).

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-3

La reine Letizia

Pourtant, toute l’élégance de la première dame n’était rien auprès de celle de Letizia. Tout d’abord, cette dernière arborait quelques-uns des joyas de pasar, c’est-à-dire des joyaux qui se transmettent de reine en reine depuis Victoria-Eugénie. La reine portait les boucles d’oreilles et les deux bracelets de diamants (visibles sur la photo de droite avec Juliana Awada). D’autre part, c’est la broche fleur-de-lys de son diadème Ansorena qui retient sa décoration. Mais surtout, elle était coiffée de La Buena, ce diadème des reines d’Espagne porté par la reine Sofia pour la dernière fois en juin 2014, pour la visite d’Etat mexicaine. Très probablement, la nouvelle reine a voulu attendre la fin de l’affaire Noos pour l’arborer, faisant preuve de tact alors que la famille royale était dans la tourmente.

Autres détails

Je craignais un peu la taille du diadème pour la tête fine de la reine. Mais La Buena a démontré une fois de plus sa parfaite mobilité. Alors que Victoria-Eugénie l’a d’abord porté en couronne, avant de le faire ouvrir, la comtesse de Barcelone et la reine Sofia l’avaient également arboré, mais sur des coiffures plus impressionnantes. Mais aucun problème, cela va très bien à Letizia.

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-5

D’autre part, le bon goût de la reine est à souligner : Letizia est parée d’un diadème imposant, et porte en outre l’ordre argentin du Général Libérateur San Martín (grade de grand-croix), extrêmement large (alors que dans plusieurs pays européens, il y a des décorations d’une largeur adaptée aux femmes, ce n’est pas le cas dans les pays sud-américains). Elle a donc misé sur une robe fourreau de velours noir, aux manches longues, extrêmement sobre, ce qui attire non seulement l’attention sur son visage et donc son diadème, mais encore sur la décoration. Well done ! Tout le monde est sous le charme, à commencer par son époux (qui regarde sa femme pendant le toast, et non la première dame…) et le président argentin…

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-1

Toast pendant le banquet

Il faut dire qu’après la déception de la visite d’Etat portugaise où Letizia n’a pas porté de diadème (à moins qu’il n’y ait un nouveau dress-code pour les banquets d’Etat, comme en France… ?), la reine se rattrape en beauté. Reste à savoir si nous reverrons La Buena au Japon début avril… Je vous donne tout de suite mon opinion : à mon avis, non, par égard pour l’impératrice Michiko qui ne porte plus de diadème, je pense que Letizia choisira un diadème moins important, comme l’avait fait la reine Mathilde. Sans doute reverrons-nous l’autre diadème Ansorena (je vote pour !) ou le diadème floral !

(Copyright photos : Hola & Daily Mail)

The Laula Ruby Tiara

Le diadème d’aujourd’hui est très peu connu, et pourtant il est très joli. Il s’agit d’un diadème qui se trouvait dans la famille des marquis de Laula et auparavant dans la branche espagnole des prétendants au trône de Naples, les Bourbon-Deux-Siciles. A ne pas confondre avec la branche italienne des prétendants au même trône, dont nous avions vu deux diadèmes, portés par la duchesse de Castro : le diadème aux libellules, et le diadème en perles et diamants des ducs d’Ancône. Mais revenons à nos moutons. Tout d’abord, voici une photo du diadème en question :

The Laula Ruby Tiara 1

Le diadème de rubis et diamants anciennement en possession des marquis de Laula

Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’un fin diadème-collier en diamants, une sorte de mini-kokoshnik d’inspiration Art Déco, enrichi de quatorze rubis taille coussin. Le diadème fait partie d’une parure comprenant un bracelet, une broche, des boucles d’oreilles et un sautoir, le tout réalisé en diamants et rubis par Chaumet en 1930. Mais le diadème a été réalisé par Chaumet vers 1915 : se trouvait-il déjà dans la famille des ducs de Calabre ou était-il dans les magasins Chaumet quand le reste de la parure a été commandé ? Question en suspens…

lauladoblepaginasx0

Le reste de la parure de rubis et diamants réalisée par Chaumet

On sait que les rubis de la parure viennent de l’empereur François-Joseph d’Autriche-Hongrie (1830-1916), qui les offrit à une de ses lointaines nièces, l’archiduchesse Marie-Christine (1858-1929), à l’occasion de son mariage avec le roi Alphonse XII d’Espagne (1857-1885). Une nouvelle fois, les rubis sont offerts en cadeau de mariage par Marie-Christine à sa fille Mercedes, princesse des Asturies (1880-1904), lorsqu’elle épouse le prince Charles de Bourbon-Deux-Siciles (1870-1949) en 1901. Les rubis sont l’héritage de leur fils aîné, Alfonso, duc de Calabre (1901-1964). C’est ce dernier qui commanda la parure (sauf le diadème qui a été réalisé vers 1915) chez Chaumet en 1930. Par contre, une chose m’étonne un peu : la parure a été réalisée en 1930 mais Alfonso n’épousa qu’en 1936 la princesse Alice de Bourbon-Parme (née en 1916)…

1930 Corbeille de noces d'Alice

Voici le sautoir (démontable) exposé en 1930 parmi les autres bijoux d’Alice

A ma connaissance, la première fois qu’on voit le collier-diadème porté comme diadème, c’est en 1962, lors du bal précédant le mariage du prince Juan Carlos d’Espagne et de la princesse Sophia de Grèce et de Danemark :

Galerie Inès de Bourbon-Deux-Siciles

La princesse Inés de Bourbon-Deux-Siciles dans l’escalier d’Athènes (Copyright photos : ManueSevilla de Dinastias.Forogratis)

C’est la princesse Inés de Bourbon-Deux-Siciles (née en 1940), troisième et dernière enfant d’Alfonso et d’Alice qui arbore le diadème prêté par sa mère. Par la suite, c’est une autre fille d’Alice et d’Alfonso, Teresa (née en 1937), qui en hérite, peut-être au moment de son mariage, en 1961, avec Iñigo Moreno, marquis de Laserna (né en 1934). Dans ce cas, ce serait Teresa et non sa mère qui aurait prêté le diadème à Inés. Teresa s’est parée du diadème à différentes reprises :

1986 Noces d'argent des marquis de Laula 1.jpg

1986 : Noces d’argent des marquis de Laserna. Teresa est au centre de ses sept enfants, à côté de son époux, et porte le diadème dans sa version collier

Lors du mariage de l’infante Elena d’Espagne avec Jaime de Marichalar, le 18 mars 1995, Teresa arbore à nouveau le diadème en collier :

1995 03 18 Teresa au mariage d'Elena d'Espagne et de Jaime de Marichalar 2

18 mars 1995 : Doña Teresa lors du mariage d’Elena et Jaime

A peine deux mois plus tard l’une des filles des marquis de Laula, Beatriz (née en 1967), épouse Lucas de Urquijo (né en 1967), le 16 juin 1995. A cette occasion, elle porte le collier-diadème des Laula :

1995 06 16 Mariage Lucas de Urquijo & Dona Beatriz Moreno 1

16 juin 1995 : Beatriz Moreno y de Borbón le jour de son mariage avec Lucas de Urquijo

A l’instant où j’écris ces lignes, la dernière fois que la marquise de Laula a porté le diadème date du jour du mariage de l’actuel roi d’Espagne, Felipe VI et de Letizia Ortiz Rocosolano, le 21 mai 2004, allant à l’encontre du dress-code qui ne demandait pas de diadème pour les femmes, excepté pour la mariée (qui arborait le diadème prussien de la famille royale espagnole).

2004 05 20 Marquise de Laula au mariage espagnol 1

21 mai 2004 : la marquise de Laula, seule autre femme que Letizia à porter un diadème

Mais Beatriz n’est pas la seule à porter le diadème-collier des Laula le jour de ses noces. Dix ans après elle, sa sœur Delia (née en 1972) épouse Álvaro Ledesma (né en 1962) le 3 juin 2005. Elle est, elle aussi, coiffée du diadème, mais d’une façon légèrement plus originale :

2005 06 03 Mariage Álvaro Ledesma & Dona Delia Moreno 1

 3 juin 1995 : Delia Moreno y de Borbón le jour de ses noces

Comme vous pouvez le voir, c’est le diadème qui, posé à l’arrière de la tête de la mariée, retient son voile. Le mariage de Delia marque, me semble-t-il, la dernière apparition du diadème à l’heure actuelle. Espérons que nous le reverrons un de ces jours : les marquis de Laula ont encore deux enfants non mariés…

Mise à jour : Mon vœu ne s’est pas réalisé, j’ai découvert que le diadème avait fini dans la collection Faerber avant d’être certainement revendu…

Réalisation : Vers 1915

Joaillier : Chaumet

Statut : Possesseur inconnu. Peut-être encore dans la collection Faerber.

L’ont porté : Princesse Inés de Bourbon-Deux-Siciles, Princesse Teresa de Bourbon-Deux-Siciles, marquise de Laula, Beatriz Moreno y de Borbón, Delia Moreno y de Borbón

Apparitions identifiées du diadème :

  1. Mai 1962 : Bal précédant le mariage du prince Juan Carlos des Asturies et de la princesse Sophia de Grèce et de Danemark (Princesse Inés de Bourbon-Deux-Siciles) => diadème
  2. 14 mai 1962 : Mariage du prince Juan Carlos des Asturies et de la princesse Sophia de Grèce et de Danemark (Princesse Inés de Bourbon-Deux-Siciles) => collier
  3. 1986 : Noces d’argent du marquis et de la marquise de Laula (Princesse Teresa de Bourbon-Deux-Siciles, marquise de Laula) => collier
  4. 18 mars 1995 : Mariage de Jaime de Marichalar et de l’infante Elena d’Espagne (Princesse Teresa de Bourbon-Deux-Siciles, marquise de Laula) => collier
  5. 16 juin 1995 : Mariage de Lucas de Urquijo et de Beatriz Moreno y de Borbón (Beatriz Moreno y de Borbón) => diadème
  6. 21 mai 2004 : Mariage du Prince Felipe des Asturies et de Letizia Ortiz Rocosolano (Princesse Teresa de Bourbon-Deux-Siciles, marquise de Laula) => diadème
  7. 3 juin 2005 : Mariage d’Álvaro Ledesma et de Delia Moreno y de Borbón (Delia Moreno y de Borbón) => diadème

Infanta Margarita’s Pearl & Diamond Tiara

Article dédié à Miguel Urdanoz

Qui sait que le roi Juan-Carlos d’Espagne a deux sœurs ? L’une, l’infante Pilar, duchesse de Badajoz, dont nous avons vu récemment le diadème en saphirs et diamants, et l’autre, Margarita, moins connue. L’infante Margarita souffre de cécité depuis sa naissance, peut-être est-ce pour cette raison qu’on la connaît moins et qu’elle est plus discrète ? Toujours est-il que la sœur du roi possède un diadème en propre.

L’infante Margarita en 1983 (sans les perles) et 1995 (avec les perles)

Il s’agit d’un diadème de petite taille, présentant des volutes de diamants formant un « 8 » à l’horizontale. Des perles peuvent être ajoutées sur le huit de diamants, le rehaussant ainsi. Le diadème a été a priori été réalisé à partir d’une paire de broches jumelles offertes à la comtesse de Barcelone lors de son mariage qui ont été réunies. Les perles ont sans doute été fixées plus tard : il me semble que Doña Margarita n’a porté la version surmontée de perles pour la première fois qu’en 1987.

Broches jumelles de la comtesse de Barcelone.JPG

Les paires de broches jumelles se trouvant dans la corbeille de noces de la comtesse de Barcelone

Très probablement, comme beaucoup de jeunes princesses, l’infante a dû recevoir le diadème  de ses parents, le comte et la comtesse de Barcelone, pour sa majorité. A ma connaissance, elle le porta pour la première fois en mai 1967, lors du bal précédant le mariage de sa sœur Pilar :

1967 05 Pre-wedding Luis & Pilar 350

Mai 1967 : l’infante Margarita accompagnée de son frère avant le mariage de Pilar (Copyright photo : Jufranli, de Dinastias.Forogratis)

Par la suite, Margarita arbore son diadème lors des visites d’Etat des voisins portugais ou des souverains d’autres pays, seules visites, me semble-t-il, auxquelles elle assiste. Si quelqu’un a d’autres photos de l’infante portant son diadème (voir la liste des apparitions identifiées ci-dessous), qu’il n’hésite pas à me les envoyer : les photos de l’infante sont rares.

1994 10 Japanese State Visit to Spain 11

Octobre 1994 : visite d’Etat des empereurs du Japon

Mon secret espoir est que les deux enfants de l’infante, Alfonso et María, se marient bientôt et que le diadème resurgisse à ces occasions. Cela permettrait sûrement d’avoir un plus gros plan, d’autant plus que le diadème n’a pas été vu depuis 1996 !!!

Tous mes remerciements à  Miguel Urdanoz pour ses précieuses informations

Réalisation du diadème : date inconnue

Joaillier : Joaillier inconnu

Statut actuel : En possession de l’infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani

L’ont porté : L’infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani

Apparitions identifiées du diadème

  1. Mai 1967 : Bal précédant le mariage de Don Luis Gómez-Acebo y Duque de Estrada, vicomte de la Torre et de l’infante Pilar d’Espagne (Infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani)
  2. 1983 : Occasion non identifiée, mais certainement pour la visite d’Etat suédoise, luxembourgeoise, népalaise ou danoise (Infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani)
  3. Décembre 1987 : Visite d’Etat portugaise en Espagne (Infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani)
  4. Septembre 1989 : (Infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani)
  5. 19 septembre 1994 : Visite d’Etat belge en Espagne (Infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani)
  6. Mai 1995 : Visite d’Etat norvégienne en Espagne (Infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani)
  7. Mai 1996 : Visite d’Etat portugaise en Espagne (Infante Margarita d’Espagne, duchesse de Soria et d’Hernani)