The Greek Ruby Olive Wreath Tiara

Le diadème du jour est le premier d’une série de diadèmes grecs que nous allons voir au cours des semaines suivantes. Il est passé au travers des déboires de la famille royale grecque après la chute de la monarchie, et se trouve encore entre les mains de la reine Anne-Marie de Grèce. C’est l’un des deux diadèmes uniquement portés par les reines de Grèce depuis quelques décennies. Mais voici une photo du diadème…

The Greek Ruby Olive Wreath Tiara 1

Le diadème grec de rubis

Comme vous pouvez le voir, il s’agit d’un diadème en diamants et rubis dits « sang-de-pigeon », une nuance de rouge extrêmement rare et chère, teintée d’une pointe de bleu. Il est en forme de guirlande de feuilles d’oliviers de diamants et d’olives ou de baies de rubis, une allusion évidente aux oliviers grecs. Il fait partie d’une parure comprenant à l’origine un diadème, un grand collier et deux broches, datant peut-être du début du XXe siècle et réalisée par un joaillier inconnu. Pour les origines de la parure, il faut remonter à la reine Olga de Grèce, née grande-duchesse Olga Constantinovna de Russie (1851-1926). Elle épouse en 1867, à seize ans, le roi Georges Ier de Grèce (1845-1913). Ce diadème fut-il un cadeau de mariage, de sa famille, de sa belle-famille ou de son époux ? On évoque parfois une provenance russe pour les rubis, on dit aussi qu’une partie de cette parure fut offerte à la reine Olga par son époux…

1964 Exhibition of the parure 1

1964 : exposition de la parure parmi les cadeaux de mariage de la princesse Anne-Marie de Danemark

En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’on ne vit que très tardivement la reine Olga porter la parure de rubis. Elle l’arbore en effet sur un tableau peint en 1915 par Giorgios Jakobides et une série de photos prises pour ce tableau, ainsi qu’un autre portrait par Laurits Tuxen peint à la fin de sa vie.

A gauche : photo prise pour le portrait du milieu peint en 1915 peint par Giorgios Jakobides. A droite, tableau par Laurits Tuxen

On ignore si le grand collier faisait partie de la parure à l’origine, sachant que la reine Olga n’a porté, semble-t-il, qu’un choker de rubis et diamants. Est-ce le collier en version raccourcie, ou celui-ci a-t-il été rallongé après ? En tout cas, il est porté en version longue par le possesseur suivant de la parure : à la mort de la reine Olga, celle-ci lègue en effet sa parure de rubis et diamants à son troisième fils, le prince Nicolas (1872-1938) et à l’épouse de celui-ci, née grande-duchesse Elena Vladimirovna de Russie (1882-1957). Il existe à ma connaissance une seule photo de la princesse Elena arborant la parure, prise très probablement peu après la mort de sa belle-mère, au début des années 30 :

1925s-1930s GD Elena Vladimirovna, princesse Nicolas de Grèce 2

La princesse Elena de Grèce, née grande-duchesse de Russie, arbore la parure de rubis

Du milieu des années trente à sa mort, la princesse Elena prête la parure à ses filles : principalement à la princesse Olga (1903-1997), devenue princesse de Yougoslavie par son mariage :

La princesse Olga portant la parure de rubis, à gauche pour une visite d’Etat yougoslave en Allemagne (1939) ; à droite pour le bal précédant le mariage de son fils Alexandre avec Maria-Pia de Savoie

Et une fois à sa fille Marina (1906-1968), devenue duchesse de Kent après son mariage, pour l’ouverture du Parlement en 1937 :

1937 Opening of the Parliament 2

1937 : le duc et la duchesse de Kent sortent de chez eux pour se rendre à l’ouverture du Parlement

Mais à la mort de la princesse Elena, en 1957, celle-ci lègue le diadème à la reine de Grèce, née Frederika de Hanovre : le diadème fait ainsi retour à la famille royale de Grèce.

A gauche, la reine Frederika à la fin des années 50 ; à droite, en juillet 1963, lors d’une visite d’Etat grecque au Royaume-Uni (à droite sur la photo)

En 1964, nouvelle transmission du diadème : le jeune roi de Grèce, Constantin II épouse la princesse Anne-Marie de Danemark, 18 ans. La reine Frederika offre généreusement en cadeau de mariage à la toute jeune reine les deux grandes parures grecques, celle d’émeraudes et celle de rubis. Anne-Marie porte la parure pour l’un des bals qui précèdent son mariage :

La princesse Anne-Marie de Danemark lors de l’un des bals qui précédèrent son mariage

Depuis, malgré l’abdication et l’exil, la reine a conservé la parure et la porte régulièrement, bien que moins souvent que la parure d’émeraudes ou que, ces derniers temps, le diadème du khédive d’Egypte qui lui est revenu après la mort de sa mère.

De gauche à droite : en 1966 (bal précédant le mariage de la princesse héritière Beatrix des PB), en 1995 (au 1er mariage de son neveu Joachim), en 2000 (aux 60 ans de la reine Margrethe II), en 2010 (au mariage de la princesse héritière Victoria de Suède)

Le diadème n’a pas été vu depuis 2010, au mariage de la princesse héritière Victoria de Suède. Espérons que nous le verrons prochainement, par exemple aux 80 ans des souverains norvégiens, en mai…

Réalisation du diadème : Date inconnue. Peut-être au début du XXe siècle.

Joaillier : Inconnu.

Statut actuel ; En possession de la reine Anne-Marie de Grèce

L’ont porté : La reine Olga de Grèce, la princesse Elena de Grèce, la princesse Olga de Yougoslavie, la princesse Marina de Grèce, duchesse de Kent, la reine Frederika de Grèce, la reine Anne-Marie de Grèce

Apparitions identifiées :

Reine Olga de Grèce

  1. 1915 : Série de photos de la reine Olga de Grèce
  2. 1915 : Portrait de la reine Olga de Grèce par Giorgios Jakobides
  3. 1915s-1925s : Portrait de la reine Olga de Grèce par Laurits Tuxen

Princesse Elena de Grèce

  1. 1925s-1930s : Photo officielle de la princesse Elena de Grèce

Princesse Marina de Grèce, duchesse de Kent

  1. 1937 : Ouverture du Parlement

Princesse Olga de Yougoslavie

  1. 12 mai 1937 : Couronnement du roi George VI et de la reine Elizabeth de Grande-Bretagne
  2. 1939 : Rencontre avec Hermann & Emmy Göring
  3. 1940 : Série de portraits officiels de la princesse Olga de Yougoslavie par Cecil Beaton
  4. 12 février 1955 : Bal précédant le mariage du prince héritier Alexandre de Yougoslavie et de la princesse Maria-Pia de Savoie

Reine Frederika de Grèce

  1. Mai 1962 : Bal précédant le mariage du prince Juan Carlos des Asturies et de la princesse Sophia de Grèce
  2. 11 juillet 1963 : Visite d’Etat grecque au Royaume-Uni : Représentation du Songe d’une nuit d’été au théâtre Aldwych

Reine Anne-Marie de Grèce

  1. Septembre 1964 : Bal précédant le mariage du roi Constantin de Grèce et de la princesse Anne-Marie de Danemark, à l’hôtel de Grande-Bretagne à Athènes
  2. 8 mars 1966 : Bal précédant le mariage de Claus von Amsberg et de la princesse héritière Beatrix des Pays-Bas
  3. 3 février 1968 : Mariage du prince Richard de Sayn-Wittgenstein-Berleburg et de la princesse Benedikte de Danemark
  4. Juillet 1991 : Bal en l’honneur des 18 ans du prince héritier Haakon de Norvège
  5. 28 août 1993 : Bal en l’honneur des noces d’argent des souverains norvégiens
  6. 18 novembre 1995 : Mariage du prince Joachim de Danemark et d’Alexandra Manley
  7. 14 janvier 1997 : Jubilé d’argent de la reine Margrethe II de Danemark : Dîner de gala
  8. 16 avril 2000 : 60 ans de la reine Margrethe II de Danemark : Dîner de gala
  9. 11 mai 2004 : Dîner de gala pour le gouvernement danois avant le mariage du prince héritier Frederik de Danemark et de Mary Donaldson
  10. 30 avril 2006 : 60 ans du roi Carl XVI Gustaf de Suède
  11. 19 juin 2010 : Mariage de Daniel Westling et de la princesse héritière Victoria de Suède

Visite d’Etat : Argentine-Pays-Bas (2017)

2017 03 27 Argentinian State Visit to Netherlands 5

Juliana Awada et Mauricio Macri aux côtés des souverains néerlandais

Vive les visites d’Etat argentines ! Elles sont propices aux retours de bijoux restés enfermés dans les écrins royaux depuis des années, voire des décennies, comme on l’a vu pour le grand retour de La Buena lors de la visite d’Etat en Espagne.

2017 03 27 Argentinian State Visit to Netherlands 4

La reine des Pays-Bas, étincelante

Hier soir avait en effet lieu le banquet d’Etat de la visite d’Etat du président argentin Mauricio Macri et de son épouse Juliana Awada au Palais royal d’Amsterdam. Toujours aussi élégante, la Première dame argentine faisait concurrence à la reine des Pays-Bas. Cette dernière était vêtue d’une robe Jan Taminiau portée l’été dernier au mariage de son frère (à tout jamais une des plus belles apparitions de Máxima). Dans ses cheveux étincelait le diadème de roses de diamants (vu l’année dernière sur la princesse Beatrix lors de la visite d’Etat belge). Elle portait trois bracelets, dont l’un dit des Indes de l’Est, en diamants, et deux autres en diamants plus fins.

Et toujours aussi souriante

Mais surtout, surtout, hier soir était le grand retour d’une partie de la parure Stuart néerlandaise, qui a disparu de la circulation depuis la fin du règne de la reine Juliana. Máxima avait déjà porté une partie de la broche au Japon, et à sa taille, vous pouvez voir une autre partie de cette broche. Elle arbore également le collier de la parure, qu’on n’avait pas vu depuis 1972, semble-t-il, lors d’une visite d’Etat de la reine Juliana au Royaume-Uni.

Corsage brooch 1

La broche de la parure Stuart (Copyright : RJWMB)

Mais étaient également présentes hier soir deux autres dames de la famille royale néerlandaise.  J’ai nommé l’ex-reine Beatrix et la princesse Laurentien, belle-sœur de l’actuel souverain. Cela nous a valu deux diadèmes de plus…

2017 03 27 Argentinian State Visit to Netherlands 10

La princesse Beatrix

La princesse Beatrix portait un diadème en diamants rehaussé de perles poires, un collier de perles et des boucles d’oreilles en perles et diamants.

2017 03 27 Argentinian State Visit to Netherlands 9

La princesse Laurentien des Pays-Bas

La belle-sœur des souverains, la princesse Laurentien, portait une parure qu’elle affectionne et très adaptée à son prénom : le diadème de lauriers de diamants. Elle accompagnait ce dernier dd’une rivière de diamants, d’une énorme broche et de boucles d’oreilles de diamants.

2017 03 27 Argentinian State Visit to Netherlands 11

Discours du roi des Pays-Bas

Dans son discours, le roi Wilhem-Alexander a rappelé les liens unissant l’Argentine et les Pays-Bas, en évoquant « le plus précieux des cadeaux fait aux Pays-Bas par l’Argentine », sa femme, la reine des Pays-Bas. Máxima est en effet d’origine argentine.

Rien à dire, cette visite fait partie des grands crus de 2017, au contraire de la visite d’Etat islandaise en Norvège l’autre jour. Mon grand souhait, suite à cette visite, est de voir le diadème Stuart lors de grand dîner de gala offert aux autres têtes couronnées le 29 avril prochain, à l’occasion des 50 ans de Wilhem-Alexander. Croisons les doigts !

2017 03 27 Argentinian State Visit to Netherlands 6

Discours du président argentin

PS : Juste un point sur les décorations : le président argentin porte l’ordre du Lion néerlandais, tout comme la reine (qui, de manière très surprenante, n’a pas reçu de décoration argentine). Le roi des Pays-Bas, lui, est décoré de l’ordre du Libérateur Général San Martín. Et Juliana Awada arbore l’ordre (néerlandais, il en existe dans plusieurs pays) de la Couronne.

(Copyright photos : BlauwBoed & Daily Mail & Newmyroyals)

 

Dîner de gala : Dîner des représentants en Suède (2017)

2017 03 23 Representatives Dinner 7

Les souverains suédois

Premier dîner de gala de l’année au Palais royal de Stockholm. Le 23 mars, le roi Carl XVI Gustaf et la reine Silvia recevaient les autorités suédoises pour l’un des traditionnels dîners officiels qui se tiennent plusieurs fois par an au Palais royal.

2017 03 23 Representatives Dinner 8

En pied

La reine Silvia, vêtue d’une robe en dentelle bleu nuit et les épaules couvertes par une étole de la même nuance, portait le diadème Connaught, qu’on voit décidément beaucoup en ce moment (quatre fois l’année dernière : à un dîner des représentants, aux 70 ans du roi, à la visite d’Etat en Allemagne, aux Prix Nobel…). Fin et élégant, on ne s’en lasse pas. Silvia portait également une broche et une rivière de diamants, et des boucles d’oreilles en perles poires et diamants.

2017 03 23 Representatives Dinner 1

La princesse héritière Victoria et le prince Daniel

Etaient également présents la princesse héritière et son époux. Victoria resplendissait dans une robe verte signée Elie Saab, déjà portée avec les mêmes bijoux aux Prix Nobel 2012, où seul le diadème différait (elle arborait en effet le diadème aux quatre boutons). La princesse portait le diadème de diamants légué par sa tante Lilian, un collier en émeraudes et diamants qui est en réalité une ceinture de parade du fondateur de la dynastie, le maréchal Bernadotte, reconvertie en collier, une broche en diamants et émeraudes et des boucles d’oreilles en diamants.

Gros plan sur le sourire et les bijoux de Victoria

Belle apparition pour la princesse héritière, un sans-faute…

2017 03 23 Representatives Dinner 4

La princesse Sofia et le prince Carl-Philip, duc et duchesse de Värmland

Mais les stars du jour n’étaient ni les souverains, ni la princesse héritière et le prince Daniel. C’étaient le prince Carl-Philip et son épouse, dont la Cour a annoncé le jour même qu’ils attendaient un second enfant pour septembre. La future maman, radieuse dans une robe rouge de satin à la coupe raffinée signée Ida Lanto, arborait pour la seconde fois le bandeau d’acier ciselé avec des boucles d’oreilles et une broche en diamants. Ce diadème va-t-il devenir l’un de ses favoris ?

Zoom sur la tenue de la princesse Sofia

Trois apparitions réussies, donc, pour les dames de la famille royale suédoise. Des apparitions qui contrastent avec le banquet d’Etat un peu décevant de la visite d’Etat islandaise en Norvège deux jours auparavant…

(Copyright photos : Cour royale de Suède & Expressen & Svenskdam & IBL)

 

Terres saintes et profanes

 

Visite d’Etat : Islande-Norvège (2017)

2017 03 21 Icelandic State Visit to Norway 1

Arrivée de la famille royale norvégienne et de ses hôtes : la reine Sonja au bras du président islandais, la Première dame islandaise au bras du roi de Norvège, et les princesses Astrid et Mette-Marit au bras du prince héritier

Après le Danemark, la Norvège ! Juste deux mois après avoir rendu visite à la reine Margrethe II, le président islandais, Guðni Thorlacius Jóhannesson et son épouse Eliza Jean Reid,  décidément sur tous les fronts, ont effectué une visite d’Etat en Norvège la semaine dernière, à l’invitation du roi Harald V et de la reine Sonja. 3 diadèmes étaient de sortie lors du dîner de gala au Palais royal d’Oslo, mais malheureusement, pas de grande surprise…

En effet, la reine Sonja, en robe bleu électrique qu’elle porte depuis un certain nombre d’années déjà, arbore le diadème de perles et de diamants de la reine Maud, grande version. C’est le diadème que nous voyons le plus ces derniers temps (trois fois en 2016, une pour la visite d’Etat en Finlande, deux pour des dîners de parlementaires…).

2017 03 21 Icelandic State Visit to Norway 3

Le couple héritier de Norvège

De son côté, la princesse héritière de Norvège porte une robe aux très jolies couleurs, mais qui l’engonce considérablement si vous voulez mon avis. Elle avait de tellement plus jolies robes de soirée au début de son mariage… Et sur elle, la combinaison cheveux lâchés + diadème porté en headband n’est jamais très réussie, son petit diadème de mariage ayant en effet tendance à disparaître dans ses cheveux. Bref.

2017 03 21 Icelandic State Visit to Norway 2

Le prince héritier encadré par sa tante et son épouse

L’apparition la plus réussie est sans nul doute celle de la princesse Astrid, Mrs. Ferner dans une tenue gris argent. La sœur du roi Harald porte l’un de ses nombreux diadèmes originaux, une aigrette, très à la mode dans le premier tiers du XXe siècle, mais un peu plus incongrue aujourd’hui.

Je dirai donc que ce dîner est assez décevant de mon point de vue. Espérons que les 80 ans des souverains norvégiens dans quelques mois vont donner lieu à des dîners de gala avec diadèmes et à quelques bonnes surprises ! Mais restez connecté au blog, il nous reste maintenant à voir le dîner des représentants en Suède.

(Copyright photos : Cour royale de Norvège & Newmyroyals)

 

Visite d’Etat : Espagne-Portugal (2016)

2016 11 28 Spanish State Visit to Portugal 5.jpg

Flashback sur une des visites d’Etat effectuées par le roi Felipe VI et la reine Letizia d’Espagne le 28 novembre dernier, à l’invitation du président de la République portugaise Marcelo Rebelo de Sousa…

2016 11 28 Spanish State Visit to Portugal 6

Toast lors du banquet d’Etat : le roi Felipe VI avec Marcelo Rebelo de Sousa, la reine Letizia avec le Premier ministre António Costa

Le premier soir a eu lieu un banquet d’Etat, au Palais des ducs de Bragance à Guimãraes. La reine Letizia resplendissait dans une robe longue noire fourreau en dentelles Carolina Herrera, déjà portée en 2014 pour la visite de la présidente chilienne, et barrée du cordon grand-croix rouge de l’Ordre du Christ retenu par une broche jumelle en diamants. La reine porte également son bracelet en diamants Cartier, et les boucles d’oreilles, également en diamants, de son mariage.

Gros plan sur la tenue de la reine Letizia

Mais ce n’est pas Letizia qui nous intéresse aujourd’hui, car Sa Majesté ne porte pas de diadème.  Hélas ! Etait-ce par souci de réserve alors que l’affaire Noós n’était pas encore terminée, ou pour mieux nous préparer au grand retour de La Buena ? Le protocole a-t-il changé au Portugal, comme en France (je ne pense pas, étant donné que la reine est ici en robe longue et décorations), ou la reine a-t-elle décidé de ne plus arborer des diadèmes à l’étranger que dans les autres monarchies (pitié, noooon !!!) ? Nul ne le sait.

2016 11 28 Spanish State Visit to Portugal 3

Le duc et la duchesse de Bragance au centre des danseurs

Heureusement, pour rattraper cette lamentable absence, une bonne surprise en la personne de la duchesse de Bragance. Comme souvent lorsque des monarques viennent en visite au Portugal, le prétendant à la Couronne portugaise et son épouse, Dom Duarte et Doña Isabel, ducs de Bragance, étaient présents au banquet d’Etat. Et, ô merveille, la charmante Doña Isabel arborait un diadème :

2016 11 28 Spanish State Visit to Portugal 4

Gros plan sur la duchesse de Bragance

Ce diadème en diamants est en réalité un collier dont le motif central semble adaptable et qui peut donc être arboré en diadème. Bonne surprise pour nous consoler de la fâcheuse absence de diadème de la reine d’Espagne.

Et d’ailleurs, heureusement, avait lieu ce même 28 novembre le banquet d’Etat de la visite des souverains belges aux Pays-Bas. Dîner de retour ici, pour compléter votre lecture.

(Copyright photos : Hola, Semana & PPE Agency)

The Hessian Aquamarine Tiara

Pour fêter le 150e article du blog, rien de mieux qu’un diadème avec des aigues-marines.

Rappel des autres diadèmes aux aigues-marines déjà vus sur le blog :

  1. Queen Ena’s Aquamarine Tiara
  2. The Brazilian Aquamarine Tiara
  3. The Five Aquamarine Tiara
  4. The Luxembourg Aquamarine Bandeau
  5. Empress Alexandra Feodorovna’s Aquamarine Tiara
  6. Princess Madeleine of Sweden’s Aquamarine Bandeau
  7. The Swedish Aquamarine Kokoshnik

Eh oui… Notre blog créé il y a un peu moins de quinze mois prend de l’âge ! Voici donc le diadème du jour.

The Hessian Aquamarine Tiara 1.jpg

Le diadème d’aigues-marines et diamants de la grande-duchesse Elisabeth

Ce ravissant diadème feuillagé, aux motifs de nœuds de rubans et de guirlandes, évoquant le style très rococo du XVIIIe siècle, a sans doute été créé dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le haut du diadème est entouré de cinq grosses aigues-marines en forme de poires, serties de diamants. La provenance de ce somptueux bijou n’est pas très bien connue. On sait cependant que sa première propriétaire connue est la grande-duchesse Elisabeth de Russie (1864-1918), née princesse de Hesse-Darmstadt. Elle épousa en 1884 son cousin, le grand-duc Sergueï Alexandrovitch (1857-1905) de Russie, oncle du tsar Nicolas II.

Le diadème d’aigues marines comportait également un collier créé par Fabergé, mesurant 35,5 cm et montrant neuf aigues-marines serties de diamants alternant avec des nœuds de diamants, et un bracelet, long de 17,5 cm et figurant également des aigues-marines, mais alternant cette fois avec des sortes de trèfles à quatre feuilles. Des boucles d’oreilles créées par Koch complétèrent plus tard la parure.

The Hessian Aquamarine Parure 2

Le collier et le bracelet sont visibles sur cette photo. Attention, les aigues-marines ont certainement été artificiellement recolorées.

Quand ce diadème lui fut-il donné exactement ? Et par qui ? On l’ignore. C’est peut-être un cadeau de mariage de ses parents, de sa belle-famille ou de son époux ? Peut-être de son frère, le grand-duc Ernst-Ludwig de Hesse-Darmstadt (1868-1937). Ou serait-ce encore un cadeau plus tardif. La question demeure. Toujours est-il qu’en 1905, le mari d’Ella, comme la grande-duchesse était surnommée, meurt. Après ce décès, Ella vend une partie de ses joyaux, en lègue une partie des autres à sa famille et rend au Trésor impérial ceux qui en provenaient. Avec l’argent, elle fonde un couvent de religieuses orthodoxes dont elle devient la supérieure, après avoir prononcé ses vœux en 1910. Elle sera assassinée par les Bolcheviks en 1918.

1892 GD Ella by by Friedrich August von Kaulbach 1

1892 : la grande-duchesse Elisabeth par Friedrich August von Kaulbach

On sait que la parure est passée au moment du partage des bijoux par Ella à son frère, le grand-duc Ernst-Ludwig. A ma connaissance, on ne vit pas les bijoux sur l’épouse de celui-ci (sa seconde épouse, née Eleonore de Solms-Hohensolms-Lich) mais on sait que la parure fut léguée au prince Ludwig de Hesse-Darmstadt (1908-1968) dont l’épouse, Margaret, ne l’arbora pas non plus. Par contre, autre retournement, le prince Ludwig, qui n’avait pas d’enfant, offrit la parure en cadeau de mariage à sa cousine, la princesse Dorothea de Hesse-Cassel, lors de son mariage avec le prince Friedrich Karl zu Windisch-Grätz le 1er avril 1959.

Le grand-duc Ernst-Ludwig et le grand-duc héritier Ludwig de Hesse-Darmstadt, respectivement vers 1905 et dans les années 1920, ont possédé la parure d’aigues-marines

Et là, coup de théâtre, c’est sur la princesse Dorothea (nièce directe du duc d’Edimbourg car fille de sa sœur Sophie) que l’on vit pour la première fois la parure portée ! Tout d’abord elle arbora le collier et le bracelet dans les années 1960, à un événement inconnu de moi actuellement :

Années 1960s : Avec sa grand-mère, la princesse André de Grèce et de Danemark & Aux côtés de son époux

Contrairement à ce qui est affirmé sur tous les sites et blogs qui évoquent ce diadème, il a été porté, et c’est au mariage du prince Juan-Carlos des Asturies et de la princesse Sofia de Grèce, sa cousine, qu’on le vit arboré pour la première fois (je continue à chercher, je pense qu’elle l’a également porté lors du mariage du roi Constantin de Grèce et de la princesse Anne-Marie de Danemark) :

Gala précédant le mariage de Juan Carlos & Sofia. A droite, Dorothea est la troisième dame, au fond. (Copyright photos : ManueSevilla de dinastías.forogratis.es)

Par la suite, le diadème ne fut plus vu jusqu’à ce que la princesse Dorothea le vendît aux enchères chez Sotheby’s le 10 octobre 1996, hélas. Mais un an plus tard, le diadème ou sa copie apparut lors du défilé de printemps d’Atelier Versace :

1997 Atelier Versace Spring Show 1

1997 : le diadème porté par un mannequin d’Atelier Versace

Depuis, plus de nouvelles du diadème qui se trouve entre les mains d’un collectionneur inconnu. On sait que des copies ont été toutefois réalisées, car l’une d’elles a été vue lors d’une exposition à la Hofburg d’Innsbruck à Pâques 2016.

Espérons que nous reverrons la parure un jour…

Réalisation du diadème : Sans doute dans la seconde moitié du XIXe siècle

Joaillier : Fabergé a été évoqué. Sans certitude.

Statut actuel : Inconnu.

L’ont porté : La princesse Dorothea zu Windisch-Grätz, un mannequin d’Atelier Versace

Apparitions identifiées du diadème :

  1. Mai 1962 : Gala précédant le mariage du prince Juan Carlos des Asturies et de la princesse Sophia de Grèce et de Danemark (Princesse Dorothea zu Windisch-Grätz)
  2. Printemps 1997 : Défilé de printemps d’Atelier Versace (Un mannequin d’Atelier Versace)

 

Visite d’Etat : Argentine-Espagne (2017)

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-8

Juliana Awada, Mauricio Macri, le roi Felipe VI, la reine Letizia

Il y a une semaine, le 22 février, a eu lieu la visite d’Etat du président argentin Mauricio Macri et de son épouse Juliana Awada. Durant toute la visite, la reine et la première dame ont rivalisé d’élégance. Le soir, en particulier, lors du dîner de gala qui a eu lieu au Palais royal de Madrid

Sa Majesté la reine d’Espagne en compagnie de la première dame d’Argentine

Juliana Awada était vêtue d’une robe rose poudré brodée de fleurs et de cristaux, une vraie robe de contes de fées, parfaitement accessoirisée avec ses longues boucles d’oreilles de diamants, une minaudière étincelante et un ravissant chignon bas. Elle porte la décoration de l’ordre d’Isabelle la Catholique (grade de chevalier grand-croix).

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-3

La reine Letizia

Pourtant, toute l’élégance de la première dame n’était rien auprès de celle de Letizia. Tout d’abord, cette dernière arborait quelques-uns des joyas de pasar, c’est-à-dire des joyaux qui se transmettent de reine en reine depuis Victoria-Eugénie. La reine portait les boucles d’oreilles et les deux bracelets de diamants (visibles sur la photo de droite avec Juliana Awada). D’autre part, c’est la broche fleur-de-lys de son diadème Ansorena qui retient sa décoration. Mais surtout, elle était coiffée de La Buena, ce diadème des reines d’Espagne porté par la reine Sofia pour la dernière fois en juin 2014, pour la visite d’Etat mexicaine. Très probablement, la nouvelle reine a voulu attendre la fin de l’affaire Noos pour l’arborer, faisant preuve de tact alors que la famille royale était dans la tourmente.

Autres détails

Je craignais un peu la taille du diadème pour la tête fine de la reine. Mais La Buena a démontré une fois de plus sa parfaite mobilité. Alors que Victoria-Eugénie l’a d’abord porté en couronne, avant de le faire ouvrir, la comtesse de Barcelone et la reine Sofia l’avaient également arboré, mais sur des coiffures plus impressionnantes. Mais aucun problème, cela va très bien à Letizia.

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-5

D’autre part, le bon goût de la reine est à souligner : Letizia est parée d’un diadème imposant, et porte en outre l’ordre argentin du Général Libérateur San Martín (grade de grand-croix), extrêmement large (alors que dans plusieurs pays européens, il y a des décorations d’une largeur adaptée aux femmes, ce n’est pas le cas dans les pays sud-américains). Elle a donc misé sur une robe fourreau de velours noir, aux manches longues, extrêmement sobre, ce qui attire non seulement l’attention sur son visage et donc son diadème, mais encore sur la décoration. Well done ! Tout le monde est sous le charme, à commencer par son époux (qui regarde sa femme pendant le toast, et non la première dame…) et le président argentin…

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-1

Toast pendant le banquet

Il faut dire qu’après la déception de la visite d’Etat portugaise où Letizia n’a pas porté de diadème (à moins qu’il n’y ait un nouveau dress-code pour les banquets d’Etat, comme en France… ?), la reine se rattrape en beauté. Reste à savoir si nous reverrons La Buena au Japon début avril… Je vous donne tout de suite mon opinion : à mon avis, non, par égard pour l’impératrice Michiko qui ne porte plus de diadème, je pense que Letizia choisira un diadème moins important, comme l’avait fait la reine Mathilde. Sans doute reverrons-nous l’autre diadème Ansorena (je vote pour !) ou le diadème floral !

(Copyright photos : Hola & Daily Mail)