The Greek Emerald Kokoshnik

(Article dédié à Saad Salman, administrateur du Royal Watcher Blog)

L’histoire de notre diadème du jour commence en 1867, quand la grande-duchesse Olga Constantinovna de Russie (1851-1926) arriva de Russie après son mariage avec le roi Georges Ier de Grèce (1845-1913). [Oui, nous avons déjà parlé de la reine Olga à propos de son diadème de rubis et diamants]. Elle apportait avec elle un magnifique assortiment d’émeraudes de différentes tailles et grosseurs : de gigantesques cabochons d’émeraudes, de longues émeraudes taillées en poires…

La reine Olga vers 1880 Continuer à lire … « The Greek Emerald Kokoshnik »

Publicités

Visite d’Etat : Argentine-Espagne (2017)

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-8

Juliana Awada, Mauricio Macri, le roi Felipe VI, la reine Letizia

Il y a une semaine, le 22 février, a eu lieu la visite d’Etat du président argentin Mauricio Macri et de son épouse Juliana Awada. Durant toute la visite, la reine et la première dame ont rivalisé d’élégance. Le soir, en particulier, lors du dîner de gala qui a eu lieu au Palais royal de Madrid

Sa Majesté la reine d’Espagne en compagnie de la première dame d’Argentine

Juliana Awada était vêtue d’une robe rose poudré brodée de fleurs et de cristaux, une vraie robe de contes de fées, parfaitement accessoirisée avec ses longues boucles d’oreilles de diamants, une minaudière étincelante et un ravissant chignon bas. Elle porte la décoration de l’ordre d’Isabelle la Catholique (grade de chevalier grand-croix).

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-3

La reine Letizia

Pourtant, toute l’élégance de la première dame n’était rien auprès de celle de Letizia. Tout d’abord, cette dernière arborait quelques-uns des joyas de pasar, c’est-à-dire des joyaux qui se transmettent de reine en reine depuis Victoria-Eugénie. La reine portait les boucles d’oreilles et les deux bracelets de diamants (visibles sur la photo de droite avec Juliana Awada). D’autre part, c’est la broche fleur-de-lys de son diadème Ansorena qui retient sa décoration. Mais surtout, elle était coiffée de La Buena, ce diadème des reines d’Espagne porté par la reine Sofia pour la dernière fois en juin 2014, pour la visite d’Etat mexicaine. Très probablement, la nouvelle reine a voulu attendre la fin de l’affaire Noos pour l’arborer, faisant preuve de tact alors que la famille royale était dans la tourmente.

Autres détails

Je craignais un peu la taille du diadème pour la tête fine de la reine. Mais La Buena a démontré une fois de plus sa parfaite mobilité. Alors que Victoria-Eugénie l’a d’abord porté en couronne, avant de le faire ouvrir, la comtesse de Barcelone et la reine Sofia l’avaient également arboré, mais sur des coiffures plus impressionnantes. Mais aucun problème, cela va très bien à Letizia.

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-5

D’autre part, le bon goût de la reine est à souligner : Letizia est parée d’un diadème imposant, et porte en outre l’ordre argentin du Général Libérateur San Martín (grade de grand-croix), extrêmement large (alors que dans plusieurs pays européens, il y a des décorations d’une largeur adaptée aux femmes, ce n’est pas le cas dans les pays sud-américains). Elle a donc misé sur une robe fourreau de velours noir, aux manches longues, extrêmement sobre, ce qui attire non seulement l’attention sur son visage et donc son diadème, mais encore sur la décoration. Well done ! Tout le monde est sous le charme, à commencer par son époux (qui regarde sa femme pendant le toast, et non la première dame…) et le président argentin…

2017-02-22-argentinian-state-visit-to-spain-1

Toast pendant le banquet

Il faut dire qu’après la déception de la visite d’Etat portugaise où Letizia n’a pas porté de diadème (à moins qu’il n’y ait un nouveau dress-code pour les banquets d’Etat, comme en France… ?), la reine se rattrape en beauté. Reste à savoir si nous reverrons La Buena au Japon début avril… Je vous donne tout de suite mon opinion : à mon avis, non, par égard pour l’impératrice Michiko qui ne porte plus de diadème, je pense que Letizia choisira un diadème moins important, comme l’avait fait la reine Mathilde. Sans doute reverrons-nous l’autre diadème Ansorena (je vote pour !) ou le diadème floral !

(Copyright photos : Hola & Daily Mail)

The Khedive of Egypt’s Tiara

Nous avions déjà vu quelques-uns des cadeaux de mariage reçus par la princesse Margaret de Connaught, devenue princesse de Suède par son mariage en 1905 puis princesse héritière en 1908 : on peut citer le diadème Connaught ou le diadème en rubis et diamants, tous deux en possession de la famille royale suédoise. Il nous en reste encore un à voir : le diadème du khédive d’Egypte.

 

Deux photos du diadème du khédive dans sa version actuelle

Sur la liste des cadeaux de la princesse Margaret apparaît en effet un diadème de diamants mentionné offert par « Her Highness the Khedive ». Que vient faire là ce personnage dont vous ignoriez probablement l’existence ? Continuer à lire … « The Khedive of Egypt’s Tiara »

The Nizam of Hyderabad’s Cartier Tiara

D’humeur nostalgique ? Moi, oui. J’ai donc décidé de verser une larme sur le sort d’un splendide diadème en diamants signé Cartier, anciennement possédé par Sa Très Gracieuse Majesté la Reine Elizabeth II. Le 20 novembre 1947, la Princesse Héritière Elizabeth du Royaume-Uni épouse le Lieutenant Philip Mountbatten, ex-prince de Grèce et de Danemark, fils du Prince André de Grèce et de Danemark (1882-1944) et de la Princesse Alice de Battenberg (1885-1969). A cette occasion, elle reçoit une multitude de bijoux en cadeaux de mariage. Parmi ces derniers se trouve le diadème que vous pouvez voir ci-dessous :

Le diadème Cartier offert par le Nizam d’Hyderabad

C’est un diadème avec des motifs végétaux en diamants et comprenant trois roses (les fameuses roses anglaises) : l’une plus importante au centre du bijou et une de chaque côté. Un collier de diamants allait avec le diadème :

The Nizam of Hyderabad's Necklace

Le collier assorti

La parure a été offerte à l’actuelle souveraine britannique par un autre monarque, le Nizam de l’Hyderabad (l’Hyderabad était une principauté située à côté de l’Inde, envahie et annexée par l’Inde en 1948). Ce Nizam se nommait Fateh Jang `Othman `Alî Khân Bahadur, alias Asaf Jâh VII (1886-1967) :

Painting of Fateh Jang `Othman `Alî Khân Bahadur alias Asaf Jâh VII

Portrait de Fateh Jang `Othman `Alî Khân Bahadur, alias Asaf Jâh VII, Nizam d’Hyderabad

Le Nizam d’Hyderabad était fabuleusement riche. Hugh Roberts, dans son livre The Queen’s Diamonds explique qu’il fit choisir à la Princesse Elizabeth son cadeau de mariage chez Cartier. Bien qu’elle l’ait choisi, Elizabeth le porta très peu. La voici toutefois l’arborant, je crois pour la première fois, en mai 1948, lors d’une visite officielle en France peu après son mariage :

18 mai 1948 : Soirée de gala à l’Opéra de Paris lors d’une visite en France

Par la suite, elle l’arbora à quelques reprises jusqu’à son couronnement :

1951 06 06 Norwegian State Visit to UK 1 at the Norwegian Embassy

6 juin 1951 : Dîner de gala à l’Ambassade de Norvège à Londres

La Reine porta le diadème publiquement pour la dernière fois le 3 novembre 1952, lors d’une représentation de gala :

3 novembre 1952 : Soirée de Gala au Palladium de Londres

Pourtant, on vit à une reprise, encore, Elizabeth se parer de son cadeau de mariage, sur un portrait (complètement raté pour la ressemblance) commandé par Liverpool avant son couronnement en 1953 :

1953 Official Painting by John Napper 1

1953 : Portrait de la Reine exécuté par John Napper pour la ville de Liverpool

Après cela, Her Maj n’arbora plus jamais le diadème, du moins publiquement. Certains ont avancé qu’il y avait des raisons politiques derrière, mais je dois dire que dans ce cas, je ne vois pas pourquoi la Duchesse de Cambridge a porté récemment le collier du Nizam. En tout cas, comme l’a révélé Hugh Roberts, le diadème fut démantelé en 1973 et les pierres furent réutilisées par Garrard pour créer le diadème aux rubis birmans (Sanglots…) :

ee34b8d261cdd8eabf1fdeb968286128

Le diadème aux rubis birmans

Du diadème du Nizam restent cependant trois broches en forme de roses (qu’on pouvait voir au centre et sur les côtés du bijou) que la Reine arbore régulièrement :

The Nizam of Hyderabad's Brooches

Les trois broches provenant du diadème

Réalisation du diadème : 1947

Joaillier : Cartier

Statut actuel : N’existe plus, sauf les trois broches

L’ont porté : La Reine Elizabeth II d’Angleterre

Apparitions identifiées du diadème :

  1. Mai 1948 : Visite officielle de la Princesse Héritière Elizabeth en France : Soirée de gala à l’Opéra
  2. 10 mars 1950 : Visite d’Etat française au Royaume-Uni : Banquet d’Etat
  3. 6 juin 1951 : Visite d’Etat norvégienne au Royaume-Uni : dîner de retour à l’Ambassade norvégienne
  4. Octobre 1951 : Tour du Canada : Dîner
  5. Janvier 1952 : Portrait officielle de la Princesse Héritière et du Duc d’Edimbourg avant le Tour du Commonwealth de 1952
  6. 3 novembre 1952 : Représentation de gala au Palladium de Londres au profit du Fonds de Bienfaisance des Artistes
  7. 1953 : Portrait officiel de la Reine avant son couronnement réalisé par John Napper pour la ville de Liverpool

 

The Burmese Ruby Tiara

La semaine dernière, la reine Elizabeth II d’Angleterre fêtait ses quatre-vingt-dix ans. Pour marquer cet anniversaire, évoquons l’un des diadèmes de l’énorme collection de joyaux de la souveraine, j’ai nommé la Burmese Ruby Tiara.

The Burmese Ruby Tiara

The Burmese Ruby Tiara

Cette tiare est l’un des derniers venus parmi les diadèmes de la reine et aussi l’un des deux diadèmes avec des rubis de sa collection, avec le diadème oriental de sa mère. Il a été en effet réalisé en 1973 par le joaillier anglais Garrard. Continuer à lire … « The Burmese Ruby Tiara »

Queen Ena’s Cartier Garland Tiara

Parmi les diadèmes disparus de la Reine Ena en figure un qui est peu connu. Il s’agit d’un diadème que Victoria-Eugénie commanda chez Cartier en 1927.

Queen Ena's Cartier Tiara.jpg

Le diadème Cartier de la Reine Victoria-Eugénie

Comme vous pouvez le voir, la tiare a un motif très Art Déco : elle est formée de deux guirlandes de lauriers en feuilles de diamants, l’une horizontale, qui sert de base au diadème, l’autre qui vient s’enrouler autour de la première, en formant plusieurs arches. La Reine Victoria-Eugénie porta de temps en temps ce diadème, notamment pour des ouvertures des Cortes :

Ena lors d’une ouverture des Cortes

Mais Ena se para de sa tiare à d’autres reprises :

Evénement officiel : Ena est la 2e assise à partir de la gauche

Elle posa avec :

Queen Ena 2

Portrait d’Ena

La voici enfin, en costume de cour, parée du diadème et de la grande mantille traditionnelle:

Queen Ena 6 Infanta Beatriz

Ena et sa fille Beatriz en costume de cour. Ena arbore le diadème Cartier.

Depuis le départ en exil d’Alphonse XIII et Ena, au moment de la guerre civile espagnole, nul n’a plus entendu parler de cette tiare. Bonne nouvelle : elle ne semble pas être passée aux enchères, au moins de manière publique… Il est possible qu’elle ait été utilisée pour créer un autre diadème ou vendue de manière privée, mais on peut conserver l’espoir qu’elle réapparaîtra un jour, ornant la tête d’une descendante de la Reine Ena.

Réalisation du diadème : 1927

Joaillier : Cartier

Situation actuelle : Inconnue

L’ont porté : La Reine Victoria-Eugénie d’Espagne

 

The Cartier Pearl & Diamond Tiara

La reine Victoria-Eugénie d’Espagne (1887-1969) était une grande amatrice de joyaux, nous l’avons vu. Née princesse de Battenberg, elle épousa le roi Alphonse XIII d’Espagne (1886-1941) le 31 mai 1906. A cette occasion, elle reçut de nombreux bijoux dont voici les principaux :

Queen Ena's Wedding Gifts 1

Cadeaux de mariage de la reine Ena d’Espagne

Parmi tous ces bijoux, vous pouvez reconnaître le diadème Ansorena à fleur-de-lys des reines d’Espagne et la couronne en diamants, tous deux offerts par le roi Alphonse XIII à sa jeune épouse. Mais au milieu se trouve un diadème en diamants et perles à motifs de cœurs qui devrait vous interpeller. C’est une tiare créée par Ansorena et offerte par la reine Marie-Christine (1858-1929) à sa nouvelle bru.

Queen Ena's Heart Tiara 1

Le diadème Ansorena

On ne connaît aucune photo de la reine Ena portant le diadème sous cette forme. Sans doute ne l’aimait-elle pas. En 1920, elle le porta donc chez Cartier. Le célèbre joaillier en créa un nouveau diadème également en perles et diamants, avec des tourbillons de feuilles de diamants entourant huit grosses perles, surmonté d’une grosse perle entourée également de diamants. Ce diadème est le cousin du diadème du khédive d’Egypte.

Diadème avec perle du haut

Le nouveau diadème créé par Cartier pour Ena

Voici Ena portant cette version lors d’une série de photos en 1927 et sur un portrait peint par Calvache d’après la même série de photos :

A gauche : Ena en 1927. A droite : Ena peinte par Calvache d’après les photos de 1927

Nouveau rebondissement dans l’histoire de ce diadème : la reine Ena hérita de sa marraine, l’impératrice Eugénie, un magnifique sautoir d’émeraudes et diamants.

Ena, 1e version avec perles 4

Ena avec le sautoir de l’impératrice Eugénie et le diadème dans sa 1e version avec les perles

Afin d’accorder ce diadème avec les émeraudes de sa marraine, Ena fit à nouveau modifier le diadème par Cartier et remplacer les perles par des émeraudes, en supprimant la perle du haut :

Ena avec le diadème version émeraudes. A droite, elle pose pour le magazine Life en 1958

Finalement, la reine vendit les émeraudes en exil, entre 1958 et 1962. J’ai lu que c’était pour aider à payer les festivités du mariage du prince des Asturies, son petit-fils, avec la princesse Sophia de Grèce et de Danemark. Le diadème retourna donc à sa forme première, c’est-à-dire avec les perles mais toujours sans la perle du haut :

1962 05 Queens Ingrid & Ena at  Greek wedding

Mai 1962 : les reines Ena d’Espagne et Ingrid de Danemark au bal avant le mariage de Juan Carlos et Sophia

C’est l’infante María Cristina, comtesse Marone-Cinzano (1911-1996), fille d’Ena qui hérita du diadème à sa mort, en 1969. Elle l’avait déjà porté en mai 1967, lors du bal avant le mariage de sa nièce l’infante Pilar d’Espagne :

1967 05 Pre-wedding Pilar 1 Maria Cristina of Spain & Ena

Mai 1967 : l’Infante María Cristina et la Reine Ena au bal avant le mariage de Pilar

D’après mes archives, le diadème disparut ensuite de la circulation pendant une vingtaine d’années. Sur de nombreux sites et blogs, on trouve que le diadème fut hérité par le roi Juan Carlos à la mort de sa tante en 1996 ou peut-être racheté à l’infante ou ses descendants. C’est très certainement cette dernière possibilité qui est exacte, puisque c’est en 1987 que le diadème réapparut sur la tête de la reine Sofia lors d’une visite d’Etat en Thaïlande.

1987 11 19 Spanish State Visit to Thailand 1

19 novembre 1987 : visite d’Etat espagnole en Thaïlande

A partir de 1987, la reine Sofia porte régulièrement le diadème, lors de visites d’Etat, d’anniversaires royaux, comme les noces d’argent des souverains norvégiens en 1993. La voici en 2004 :

2004 05 13 Mariage Fred et Mary 1

14 mai 2004 : Dîner de gala précédant le mariage du prince héritier Frederik de Danemark et de Mary Donaldson

Le 19 juin 2010, c’est à un autre mariage que l’infante Cristina d’Espagne, fille de la Reine Sofia, arbore le diadème de son aïeule. C’est la dernière fois pour l’instant qu’on a vu le diadème.

2010 06 19 Mariage Vic & Dan 1

19 juin 2010 : Mariage de Daniel Westling et de la princesse héritière Victoria de Suède

Réalisation du diadème : 1920, à partir d’un diadème créé par Ansorena en 1906

Joaillier : Cartier, à partir d’un diadème créé par Ansorena

Statut actuel : En possession de la reine Sofia d’Espagne

L’ont porté : La reine Victoria-Eugénie d’Espagne, l’infante María Cristina, comtesse Marone-Cinzano, la reine Sofia d’Espagne, l’infante Cristina d’Espagne

Apparitions identifiées du diadème :

Reine Victoria Eugénie d’Espagne

  1. 1927 : Portrait officiel de la reine (perles)
  2. 1958 : Portraits pour Life (émeraudes)
  3. Mai 1962 : Bal précédant le mariage du prince des Asturies et de la princesse Sophia de Grèce et de Danemark

lnfante María Cristina d’Espagne, comtesse Marone-Cinzano

  1. Mai 1967 : Bal donné avant le mariage de Don Luis Gómez-Acebo y Duque de Estrada, vicomte de la Torre et de l’infante Pilar d’Espagne

Reine Sofia d’Espagne

  1. 19 novembre 1987 : Visite d’Etat espagnole en Thaïlande
  2. Décembre 1987 : Visite d’Etat portugaise en Espagne
  3. Septembre 1989 : Visite d’Etat marocaine en Espagne
  4. Octobre 1990 : Visite d’Etat russe en Espagne
  5. Mai 1991 : Visite d’Etat tunisienne en Espagne
  6. 29 août 1993 : Noces d’argent des souverains norvégiens
  7. Octobre 1994 : Visite d’Etat japonaise en Espagne
  8. 13 mai 2004 : Dîner de gala précédant le mariage du prince héritier Frederik de Danemark et de Mary Donaldson
  9. 18 octobre 2004 : Visite d’Etat lettonne en Espagne
  10. 31 janvier 2005 : Visite d’Etat hongroise en Espagne
  11. 14 novembre 2005 : Visite d’Etat chinoise en Espagne
  12. 8 février 2006 : Visite d’Etat russe en Espagne
  13. Septembre 2006 : Visite d’Etat portugaise en Espagne
  14. 16 avril 2007 : Visite d’Etat espagnole au Luxembourg
  15. 26 novembre 2007 : Visite d’Etat roumaine en Espagne

Infante Cristina d’Espagne

  1. 19 juin 2010 : Mariage de Daniel Westling et de la princesse héritière Victoria de Suède