Queen Sonja’s Modern Gold Tiara

L’amour des royaumes danois et norvégien pour les bijoux contemporains est incontestable. Au Danemark, on peut compter plusieurs diadèmes contemporains portés par les princesses danoises : le diadème Flora Danica, celui de minuit, le diadème Naasut et le diadème aux coquelicots d’or. En Norvège, nous avons déjà vu le diadème-collier d’améthystes, voyons à présent un diadème bien plus moderne porté par la reine Sonja. Les diadèmes ont des surnoms curieux, parfois : celui-ci a été surnommé par certains observateurs royaux le diadème galactique ou le diadème Star Wars ! Allez, voici l’objet en question :

Queen Sonja's Modern Gold Tiara 3

Le diadème « galactique » de la reine Sonja : trois versions différentes

Ce diadème a été offert par le roi Harald V à son épouse pour son soixantième anniversaire, en 1997. Connaissant la passion de la reine Sonja pour les bijoux modernes, c’est un choix très approprié. On ne connaît pas le joaillier qui a réalisé ce bijou, mais je parie sans hésitation sur un joaillier norvégien. La particularité du diadème : il comporte trois diadèmes en un. Oui, un peu comme celui offert par les Franco à la future reine Fabiola. En effet, il se présente comme un bandeau de lamelles d’or au centre duquel trois motifs peuvent venir s’intégrer : l’un en diamants, l’autre avec des topazes orange, le dernier fait d’une grosse tourmaline verte. La première fois que la reine Sonja arbora le diadème, en 1999, ce fut la version avec les topazes orangées :

1999 09 20 Norwegian State Visit to Romania 3

20 septembre 1999 : visite d’Etat norvégienne en Roumanie

2007 10 15 Norwegian State Visit to Germany 2

15 octobre 2007 : Visite d’Etat en Allemagne. On peut voir ici le collier qui va avec la version topazes du diadème

Cinq ans plus tard, le diadème faisait sa seconde apparition, cette fois orné de la tourmaline verte (qui peut également se porter en broche). Ici, la reine Sonja arbore aussi le collier de tourmalines et d’or qui est assorti à cette version :

2004 06 08 Norwegian State Visit to Greece 4

8 juin 2004 : le roi Harald V et la reine Sonja en visite d’Etat en Grèce

En broche 1

La reine porte la tourmaline verte en broche

Quelques années plus tard, la dernière version du diadème actuellement connue faisait son apparition : le diadème était cette fois parsemé de minuscules brillants, avec au centre une pièce d’or et de diamants plus haute que le diadème lui-même. Le collier-miroir reflète bien le diadème :

2012 05 09 Norwegian State Visit to Poland 4

9 mai 2012 : Visite d’Etat des souverains norvégiens en Pologne

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais personnellement, j’imagine assez bien la reine Sonja arriver avec une quatrième version de son diadème lors d’une prochaine visite d’Etat (puisque la reine n’arbore ce diadème que lors de visites d’Etat) !

Réalisation du diadème : vers 1997

Joaillier : Inconnu

Statut actuel : En possession de la reine Sonja de Norvège

L’ont porté : La reine Sonja de Norvège

Apparitions identifiées du diadème :

  1. 20 septembre 1999 : Visite d’Etat norvégienne en Roumanie (version topazes)
  2. 8 juin 2004 : Visite d’Etat norvégienne en Grèce (version tourmaline)
  3. 28 octobre 2004 : Visite d’Etat norvégienne à Singapour (version tourmaline)
  4. 1er novembre 2004 : Visite d’Etat norvégienne au Vietnam (version topazes)
  5. 13 septembre 2007 : Visite d’Etat brésilienne en Norvège (version tourmaline)
  6. 15 octobre 2007 : Visite d’Etat norvégienne en Allemagne (version topazes)
  7. 5 juin 2008 : Visite d’Etat vietnamienne en Norvège (version tourmaline)
  8. 26 octobre 2010 : Visite d’Etat norvégienne en Slovaquie (version diamants)
  9. 9 mai 2012 : Visite d’Etat norvégienne en Pologne (version diamants)
  10. 10 octobre 2016 : Visite d’Etat de Singapour en Norvège (version diamants)

 

Publicités

Empress Alexandra Feodorovna’s Kochli Sapphire Tiara

L’image qui se trouve à la une de cet article est assez curieuse : c’est un portrait de l’impératrice Alexandra Feodorovna, dernière tsarine de Russie (1872-1918). Je ne sais pas qui a peint ce tableau ni de quand il date (avis à la population…). Alexandra porte un diadème qui paraît ici fait de diamants et rubis. Or, il se trouve qu’on connaît ce diadème, bien qu’il ait disparu après le vol des joyaux des Romanov par les bolcheviks.

The Kochli Sapphire Tiara 2.JPG

Photo du diadème Kochli dans les années 1920

Ce diadème assez festif (je trouve que le motif principal rappelle un feu d’artifices) a été réalisé vers 1894 par un joaillier de la cour impériale russe, Kochli (aussi orthographié Koechli, Kochly…). C’est une commande du tsar Alexandre III (1845-1894) et de son épouse, Maria Feodorovna (1847-1928) à l’occasion du mariage de leur fils Nicolas (1868-1918) avec la princesse Alix de Hesse et du Rhin. Le musée de l’Ermitage, à Saint-Pétersbourg, possède des dessins, réalisés à l’aquarelle et à la gouache, de cette commande. On sait donc que le diadème fait partie d’une parure comprenant également un collier-miroir et une broche :

En haut, le diadème « à plat », la broche ; en bas, le collier

Et ces dessins nous permettent de voir qu’en réalité, contrairement au portrait de l’impératrice se trouvant à la une, il ne s’agit pas de rubis, mais de saphirs ! On dit que ce diadème fut l’un des favoris de la tsarine. Voici un autre portrait, grâce auquel nous pouvons à nouveau constater que ce sont bien des saphirs :

1914 Empress Alexandra Feodorovna by Alexander Makovsky 1

1914 : Alexandra Feodorovna par Alexandre Makovski (1869-1924)

Nul ne sait ce qu’est devenue la parure de saphirs réalisée par Kochli, contrairement au diadème d’aigues-marines vu précédemment. La dernière fois qu’elle fut vue, c’était en 1925, quand les bolcheviks exposaient toutes les parures des Romanov qu’ils avaient spoliées. Il est probable que la parure a été vendue ou démontée.1925 Kochli Sapphire Tiara 2

1925 : les joyaux des Tsars. Tout à droite, se trouve notre diadème

Réalisation du diadème : 1894

Joaillier : Kochli

Statut actuel : Inconnu

L’ont porté : L’impératrice Alexandra Feodorovna de Russie

Apparitions identifiées du diadème :

  1. 1900s : Photo officielle de l’impératrice Alexandra Feodorovna de Russie
  2. 1900s : Portrait de l’impératrice Alexandra Feodorovna de Russie, par un peintre non identifié
  3. 1914 : Portrait de l’impératrice Alexandra Feodorovna de Russie, par Alexandre Makovski

 

Empress Alexandra Feodorovna’s Aquamarine Tiara

La dernière tsarine, Alexandra Feodorovna (1872-1918) possédait au moins deux diadèmes avec des aigues-marines et peut-être plus. On croit que notre diadème du jour lui appartenait, mais on n’en a pas la certitude, car nul tableau, nulle photo ne viennent étayer cette supposition.

Empress Alexandra Feodorovna's Aquamarine Tiara 1

Diadème d’aigues-marines supposé avoir appartenu à l’impératrice Alexandra Feodorovna

Ce diadème d’aigues-marines, en forme de kokoshnik, mais différent du diadème suédois, a été créé au tournant du XXe siècle. Il figure des arches de diamants encadrant seize aigues-marines rectangulaires, le tout serti en platine. Un collier-miroir (c’est-à-dire qui reprend exactement le même motif que le diadème) et une paire de boucles d’oreilles complètent la parure.

Empress Alexandra Feodorovna's Aquamarine Parure 1

La parure complète est visible ici, avec en plus une broche de Fabergé que le tsarévitch Nicolas offrit à la future tsarine lors de leurs fiançailles (Copyright : Royal Magazin)

Après l’emprisonnement des tsars et leur assassinat, une grande partie des bijoux formant le trésor Romanov furent vendus. Parmi ces bijoux, notre diadème qui fut vendu à Paris :

Empress Alexandra Feodorovna's Aquamarine Tiara 2

La légende mentionne : « De la collection apportée à Paris dans une sacoche de voyage en cuir par des membres accrédités du gouvernement soviétique, et qui y fut vendue : un diadème de diamants et aigues-marines

Depuis, le diadème est réapparu plusieurs fois aux enchères au cours des XXe et XXIe siècles : on sait que le diadème fut acheté par Wartski dans les années 1920, que la parure fut vendue chez Sotheby’s dans les années 1980, puis en 2014, que le diadème réapparut chez Christie’s, étiqueté comme étant la « propriété d’une noble famille européenne ». J’ignore par qui il a été racheté, mais pourquoi ne le verrions pas un jour sur la charmante tête d’une jolie mariée ?

Empress Alexandra Feodorovna's Aquamarine Tiara 4

Le diadème dans son écrin

Réalisation du diadème : vers 1900

Joaillier : Inconnu

Statut actuel : Inconnu

L’ont porté : Peut-être l’impératrice Alexandra Feodorovna de Russie

The Norwegian Amethyst Necklace Tiara

Vous vous souvenez du collier d’améthystes suédois devenu diadème ? Les améthystes : le retour ! Restons dans les pays scandinaves et voyons à présent un diadème de facture contemporaine réalisé pour la reine Sonja de Norvège. C’est un cadeau de son mari, le roi Harald V, qui le lui a sans doute offert dans les années 1990.

The Norwegian Amethyst Necklace Tiara.JPG

Le collier-diadème norvégien Continuer à lire … « The Norwegian Amethyst Necklace Tiara »

Queen Margrethe II’s Golden Poppies Tiara

Jour mémorable que ce jour: c’est celui qui marque la présentation du diadème le plus hideux que je connaisse… Il est en possession de la reine Margrethe II de Danemark. C’est un diadème contemporain, enfin de 1976 : rien d’étonnant à cela. La famille royale danoise possède plusieurs diadèmes contemporains, comme le diadème de minuit, le diadème Naasut ou le diadème Flora Danica. Bon, trêve de bavardages, voici l’objet en question :

The Golden Poppies Tiara 1

Le diadème créé par Arje Griegst

Vous pouvez constater que le terme « diadème » peut ici soulever des débats : personnellement, je classerais plutôt cette horreur dans la catégorie des ornements de cheveux. Mais enfin… Ce « diadème » a donc été créé en 1976 par un joaillier danois, Arje Griegst, connu pour ses bijoux peu conventionnels. On a suggéré que la reine Margrethe avait donné des directives quant à la réalisation du diadème : ce n’est peut-être pas vrai, vu l’originalité d’Arje Griegst. Les huit coquelicots formant le diadème ont été réalisés en or 21 carats martelé. Contrairement à ce que l’on pourrait croire de loin, cet ornement de cheveux n’est pas uniquement en or : l’intérieur des fleurs et les feuilles ont aussi été exécutés en pierres de lune, aigues-marines, opales et perles. On peut apercevoir des insectes sur les coquelicots.

The Golden Poppies Tiara, détail

Détail des coquelicots

Outre l’ornement de cheveux, existent en sus des boucles d’oreilles et un collier composé de trois chaînes auxquelles sont suspendus cinq coquelicots.

2006 03 29 Bulgarian State Visit to Denmark 1

29 mars 2006 : la reine Margrethe arbore la parure de coquelicots lors de la visite d’Etat bulgare

Les huit coquelicots sont détachables et peuvent se porter en guise d’ornements de cheveux. Voici Margrethe II en arborant quelques-uns à gauche lors du concert précédant le mariage de sa nièce, la princesse Alexandra de Sayn-Wittgenstein-Berleburg, et à droite lors du dîner des fiançailles du prince héritier Frederik et de Mary Donaldson.

MargretheGoldenPoppies

Margrethe portant quelques coquelicots en guise d’ornements de cheveux

A ma connaissance, la reine s’est coiffée très rarement de la parure : voici une occasion non-identifiée où elle a arboré l’ornement de cheveux complet (CF la photo ci-dessous) :

 MargretheGoldenPoppiesTiara2

A identifier par vos bons soins…

A vot’ bon cœur, chers lecteurs : n’hésitez pas à me donner de nouvelles informations… et à dénigrer ce « diadème » en commentaires 🙂

Joaillier : Arje Griegst

Statut actuel : En possession de la reine Margrethe II de Danemark

L’ont porté : La reine Margrethe II de Danemark

Apparitions  du diadème :

En diadème/ornement de cheveux

  1. 10 novembre 1980 : Visite d’Etat roumaine au Danemark
  2. 1984 : Visite d’Etat danoise au Portugal : dîner de retour offert par la reine et le prince Henrik de Danemark
  3. Occasion non identifiée
  4. 28 avril 1998 : Visite d’Etat jordanienne au Danemark : dîner de retour au restaurant Solyst
  5. 29 mars 2006 : Visite d’Etat bulgare au Danemark

Apparitions des coquelicots comme épingles à cheveux/ornements de chignons

  1. 5 juin 1998 : Concert précédant le mariage du comte Jefferson von Pfeil et de la princesse Alexandra de Sayn-Wittgenstein-Berleburg
  2. 8 octobre 2003 : Dîner de fiançailles du prince héritier Frederik de Danemark et de Mary Donaldson