Queen Victoria’s Sapphire Coronet

Un diadème de saphirs et diamants va-t-il bientôt réintégrer la collection royale ? C’est le vœu que je forme, tant la valeur historique et sentimentale de ce bijou me semble s’y prêter. L’idéal serait que le prince William l’achète pour son épouse Catherine, qui n’a pas de diadème à elle, même si la reine lui prête le diadème très souvent porté par sa belle-mère Diana ou le diadème à motif de papyrus. Bon, voici le diadème en question :

Queen Victoria's Sapphire Coronet 3

Le diadème en saphirs et diamants de la reine Victoria

 Ce diadème d’inspiration gothique, réalisé en saphirs taille coussin sertis sur or jaune et diamants sertis sur or blanc est une commande du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha (1819-1861), prince consort du Royaume-Uni, pour son épouse, la reine Victoria (1819-1901). Cette commande fut passée en 1842 au joaillier Joseph Kitching pour 415 livres. La même année, la reine Victoria fut peinte par Winterhalter, portant sa couronne de saphirs et diamants (on peut ici parler de couronne, le bijou pouvant être fermé) :

1842 Queen Victoria by Franz-Xaver Winterhalter

1842 : Portrait de la reine Victoria par Winterhalter

Le diadème comporte donc un bandeau de diamants avec de petites feuilles de diamants au milieu desquelles sont enchâssés d’imposants saphirs. Le bandeau est surmonté de festons de diamants, dont chaque pointe est elle-même alternativement surmontée d’un trèfle formé de trois diamants ou d’un seul diamant. On possède plusieurs portraits ou photos de la reine portant le diadème d’une manière plus classique que sur le portrait de Winterhalter :

Queen Victoria with sapphire coronet 1

Ca. 1875 : Photo de la reine Victoria

Après la mort de la reine, sa couronne de saphirs et diamants ne fut pas portée par les reines Alexandra (1844-1925) et Mary (1867-1953) qui lui préféraient des diadèmes plus imposants. On ne revit donc le diadème de la reine Victoria qu’en 1922, année du mariage de la princesse Mary, princesse royale, seule fille du roi George V (-1936) et de son épouse. A l’occasion du mariage de la princesse royale et d’Henry, vicomte Lascelles et futur comte d’Harewood, les souverains britanniques offrirent à leur fille le diadème de son aïeule, ainsi qu’un collier et un bracelet de saphirs et diamants :

1922 Pcess Mary's wedding parure 1

1922 : exposition de la parure de saphirs et de diamants offerte à la princesse royale par ses parents pour son mariage

J’ai trouvé à ce jour quatre photos différentes de la princesse royale portant le diadème de la reine Victoria, dont l’une prise entre 1922 et 1929 (ci-dessous à gauche), avant qu’elle devienne comtesse de Harewood), l’autre prise probablement dans les années 1930, après que son mari ait hérité du titre de comte (en couverture) et la troisième datant de la fin de sa vie, dans les années cinquante ou soixante, alors qu’elle se rend à un événement de gala en compagnie de la duchesse de Kent (ci-dessous à droite). Si quelqu’un peut dater plus précisément ces photos, je suis intéressée, of course :

A gauche, 1922-1929 : la princesse royale, vicomtesse Lascelles ; à droite : 1950s-1960s : la princesse royale, comtesse de Harewood, en compagnie de la duchesse de Kent

Après la mort de la princesse royale, il semble que le diadème de la reine Victoria fût le seul diadème qui restât dans la famille Lascelles. On le revit à deux reprises : une fois arboré par Patricia Lascelles, comtesse de Harewood, deuxième épouse du fils aîné de la princesse royale. La seconde par Andrea Kerswhaw, première épouse de l’actuel comte de Harewood :

Patricia Lascelles, Countess of Harewood 2

A gauche, Patricia Lascelles lors d’un événement non identifié ; à droite, 6 août 1992 : mariage de Mark Lascelles et d’Andrea Kershaw

Mais cela n’a pas duré. Il semble que le diadème ait été vendu à un revendeur londonien après la mort de George, comte de Harewood (1923-2011) et fils aîné de la princesse royale, peut-être pour payer les taxes de succession. D’aucuns disent que c’est à Wartski… Toujours est-il qu’un coup de théâtre a éclaté ces derniers jours : le revendeur londonien a trouvé un acheteur étranger pour le diadème de la reine Victoria. Mais le ministère de la Culture britannique est intervenu, refusant le permis d’exportation du diadème pendant quelques mois, dans l’espoir qu’un acheteur britannique pointe le bout de son nez. Ainsi, le diadème resterait sur le sol anglais…

Réalisation du diadème : 1842

Joaillier : Joseph Kitching

L’ont porté : Reine Victoria du Royaume-Uni, Princesse Mary, princesse royale, comtesse de Harewood, Patricia Lascelles, comtesse de Harewood, Andrea Lascelles

Apparitions identifiées du diadème :

  1. 1842 : Portrait de la reine Victoria peint par Franz-Xaver Winterhalter (Reine Victoria du Royaume-Uni)
  2. 6 février 1866 : Ouverture du Parlement (Reine Victoria du Royaume-Uni)
  3. 1874 : Portrait de la reine Victoria par Henry Richard Graves (Reine Victoria du Royaume-Uni)
  4. 1875 : Photo de la reine Victoria du Royaume-Uni (Reine Victoria du Royaume-Uni)
  5. 1922-1929 : Photo officielle de la princesse royale, vicomtesse Lascelles (Princesse Mary, princesse royale, vicomtesse Lascelles)
  6. 1930s : Photo officielle de la princesse royale, comtesse de Harewood (Princesse Mary, princesse royale, comtesse de Harewood)
  7. 11 mai 1934 : Concert à l’Albert Hall pour le Fonds de bienfaisance des Musiciens (Princesse Mary, princesse royale, comtesse de Harewood)
  8. 1950s-1960s : Evénement non identifié (Princesse Mary, princesse royale, comtesse de Harewood)
  9. 1970s : Evénement non identifié (Patricia Lascelles, comtesse de Harewood)
  10. 6 août 1992 : Mariage de Mark Lascelles et d’Andrea Kershaw (Andrea Kershaw)
Publicités

Empress Alexandra Feodorovna’s Aquamarine Tiara

La dernière tsarine, Alexandra Feodorovna (1872-1918) possédait au moins deux diadèmes avec des aigues-marines et peut-être plus. On croit que notre diadème du jour lui appartenait, mais on n’en a pas la certitude, car nul tableau, nulle photo ne viennent étayer cette supposition.

Empress Alexandra Feodorovna's Aquamarine Tiara 1

Diadème d’aigues-marines supposé avoir appartenu à l’impératrice Alexandra Feodorovna

Ce diadème d’aigues-marines, en forme de kokoshnik, mais différent du diadème suédois, a été créé au tournant du XXe siècle. Il figure des arches de diamants encadrant seize aigues-marines rectangulaires, le tout serti en platine. Un collier-miroir (c’est-à-dire qui reprend exactement le même motif que le diadème) et une paire de boucles d’oreilles complètent la parure.

Empress Alexandra Feodorovna's Aquamarine Parure 1

La parure complète est visible ici, avec en plus une broche de Fabergé que le tsarévitch Nicolas offrit à la future tsarine lors de leurs fiançailles (Copyright : Royal Magazin)

Après l’emprisonnement des tsars et leur assassinat, une grande partie des bijoux formant le trésor Romanov furent vendus. Parmi ces bijoux, notre diadème qui fut vendu à Paris :

Empress Alexandra Feodorovna's Aquamarine Tiara 2

La légende mentionne : « De la collection apportée à Paris dans une sacoche de voyage en cuir par des membres accrédités du gouvernement soviétique, et qui y fut vendue : un diadème de diamants et aigues-marines

Depuis, le diadème est réapparu plusieurs fois aux enchères au cours des XXe et XXIe siècles : on sait que le diadème fut acheté par Wartski dans les années 1920, que la parure fut vendue chez Sotheby’s dans les années 1980, puis en 2014, que le diadème réapparut chez Christie’s, étiqueté comme étant la « propriété d’une noble famille européenne ». J’ignore par qui il a été racheté, mais pourquoi ne le verrions pas un jour sur la charmante tête d’une jolie mariée ?

Empress Alexandra Feodorovna's Aquamarine Tiara 4

Le diadème dans son écrin

Réalisation du diadème : vers 1900

Joaillier : Inconnu

Statut actuel : Inconnu

L’ont porté : Peut-être l’impératrice Alexandra Feodorovna de Russie