Empress Marie-Louise’s Sapphire Parure

Aujourd’hui sont mises aux enchères chez Christie’s plusieurs pièces d’une parure de saphirs et diamants. Cette parure fut longtemps renommée pour avoir appartenu à l’impératrice Marie-Louise : c’est sous cette désignation que nous la connaissons. En réalité, si certains saphirs de la parure ont peut-être été en possession de l’impératrice, il semble certain que le diadème, au moins sous sa forme actuelle, a été monté à la fin du XIXe siècle.

Empress ML's Sapphire Parure Tiara 2.png

Le diadème de saphirs et diamants dit de l’impératrice Marie-Louise

Le diadème est composé d’un bandeau de diamants avec des motifs ovales de saphirs entourés de diamants. Ce bandeau est surmonté de festons détachables, eux-mêmes surmontés à leur tour par des saphirs poires de toute beauté. Initialement, trois lys, qui servent désormais de broches, pouvaient rehausser le diadème.

empress-mls-sapphire-parure-brooch-1

Le lys florentin de la parure

Ce lys florentin est le plus beau des trois lys pouvant être ajoutés au diadème. Il est fait de diamants de différentes tailles (notamment ronds, en coussins, en forme de roses) et est rehaussé d’un saphir bleu octogonal aux bords arrondis.

empress-mls-sapphire-parure-lys-1

Les deux autres lys

Ce grand lys florentin était originellement entouré par les deux lys des Bourbons ci-dessus, qui sont un peu moins ornementés. Vincent Meylan émet l’hypothèse que le diadème fut réalisé pour un mariage entre la branche des Habsbourg-Toscane (d’où le lys florentin) et une branche des Bourbons de France, de Parme ou des Deux-Siciles : pourquoi pas, dit-il, celui  de l’archiduc Karl-Salvator de Habsbourg-Toscane et de la princesse Immaculata de Bourbon-Deux-Siciles, en 1861 (j’ai beaucoup cherché ces derniers temps pour identifier la femme qui porte le diadème sur la photo ci-dessous/de couverture parmi les descendants de Karl-Salvator et Immaculata. En vain.) dont certains descendants portèrent le titre de « duc de Lorraine ».

duchesse-de-hl-1

Cette femme, qui porte le diadème et le collier de la parure, est connue comme « la duchesse de Lorraine », peut-être une petite-nièce de l’empereur François-Joseph. Je ne l’ai pas identifiée pour le moment. Si quelqu’un en sait quelque chose… (Copyright : Site d’Ursula)

La parure n’est pas encore complète. Il nous reste à voir le collier qui en faisait partie :

empress-mls-sapphire-parure-necklace-1

Le merveilleux collier de saphirs et diamants

Ce magnifique collier de saphirs et diamants, à motifs de feuilles, de fleurs, et de nœuds, évoque les bijoux d’Ancien Régime. Il est détachable en six morceaux et peut être arboré de différentes longueurs. Il a été réalisé en saphirs ovales ou octogonaux et diamants de tailles coussins, rondes, roses… selon la technique du millegrain.

empress-mls-sapphire-parure-bracelet-1

Le bracelet

Avant-dernière pièce : le bracelet qui reprend les motifs de fleurs-de-lys montées en miroir et séparées par ces saphirs octogonaux qu’on retrouve sur presque chaque pièce de la parure. La dernière pièce, un devant-de-corsage, est visible sur le site d’Ursula ici.

La parure (sauf le devant-de-corsage vendu à Salzburg il y a plus longtemps) a été vendue pour la première fois en 1964 chez Stuker, à Berne, par un Habsbourg, et fut achetée par August von Finck  (1898-1980). En 2012, la parure (moins le devant-de-corsage) fut revue chez Sotheby’s et mentionnée comme étant la « propriété d’un aristocrate allemand ». Aujourd’hui ne sont en vente « que » le bracelet, le diadème et les deux plus petits lys.

Réalisation du diadème : Probablement dans la deuxième moitié du XIXe siècle

Joaillier : Probablement par un joaillier autrichien

Statut actuel : En vente

L’ont porté : La duchesse de Lorraine ( ?)

 

Publicités

Queen Géraldine of Albania’s Diamond Tiara

Nous n’avons pas encore évoqué ici de diadème de la famille royale albanaise. La monarchie fut brève, en effet, en Albanie. Il n’y eut que deux rois et souvent, le premier est complètement ignoré. Du 21 février au 3 septembre 1914, un prince de la maison allemande de Wied régna brièvement sur l’Albanie sous le nom de Vilhelm Vidi (1876-1945). La monarchie fut à nouveau établie par le roi Zog Ier (1895-1961). Cette fois-ci, le règne du second et dernier roi d’Albanie dura un peu plus de dix ans, de 1928 à 1939, mais encore une fois, une guerre mondiale fut fatale à la monarchie albanaise. En tout, cas, en 1938, il y eut une reine en Albanie qui reçut le surnom de la « Rose blanche de Hongrie ». Ce surnom rendait hommage à la beauté merveilleuse et légendaire de la comtesse Géraldine Apponyi de Nagy-Appony (1915-2002). Le roi Zog couvrit la reine de bijoux et en premier lieu, il lui offrit un diadème de diamants.

albanian-tiara-2

Le diadème de la reine Géraldine d’Albanie

Le diadème a été réalisé en 1938 par Marianne Ostier pour la maison Oesterreicher, de Vienne. On est ici en présence d’un diadème classique à motif floral : ce sont des fleurs sauvages symbolisant l’Albanie. Jusque-là, rien de très original, penserez-vous, mes chers lecteurs… Mais avez-vous déjà vu une chèvre sur un diadème ? Surprenant, n’est-ce pas ? En réalité, cette chèvre est l’emblème du héros national albanais Gjergj Kastriot Skanderberg (1405-1468), résistant à l’envahisseur ottoman.

Marianne Ostier, qui a réalisé le diadème, a expliqué sa création : il s’agit d’un diadème offert en cadeau de noces à la reine Géraldine. « Géraldine était une comtesse de religion catholique romaine fiancée à un roi musulman. Une couronne royale porte habituellement un symbole de la foi du monarque, des motifs religieux ornementaux… Mon problème était d’établir un motif royal qui ne fût pas religieux. Je l’ai trouvé sur le casque des rois d’Albanie. Elle porte la tête stylisée d’une chèvre des montagnes, qui hante les sommets enneigés des merveilleuses montagnes albanaises. [J’ai donc réalisé] une tête sculpté de la chèvre incrustée de diamants et placée au centre du diadème ; celle-ci [la chèvre] regardait en bas vers un parterre de roses blanches de diamants, de feuilles façonnes de baguettes de diamants : une couronne décorative et unique pour une reine décorative et unique ».

La reine Géraldine parée de son diadème (occasion non identifiée…)

La reine Géraldine n’eut sans doute pas l’occasion de porter son diadème. Si je possède dans mes archives plusieurs photos de la reine prises lors de différentes occasions (comme les deux photos ci-dessus, prises lors d’un même événement) non-identifiées, je ne suis actuellement capable d’identifier avec certitude que deux événements liés aux dix ans de la monarchie albanaise, en septembre 1938.

30 septembre 1938 : dix ans de la monarchie albanaise

 Mais quelques mois après les dix ans de la monarchie albanaise, le règne du roi Zog et de la « Rose blanche de Hongrie » devait s’achever par l’invasion de l’Albanie. Le roi et la reine fuirent en exil. Dans les années qui suivirent, ils aidèrent la diaspora albanaise par tous les moyens. En 1959, une vente de bijoux de la famille royale albanaise fut organisée. Parmi les bijoux vendus figurait notre diadème. On le revit une fois porté, cependant. En effet, fut-ce à cette vente ou lors d’une autre, je l’ignore, mais en 1966, l’épouse d’Elmer Holmes Bobst (1884-1978), célèbre pharmacologue et philanthrope américain, le porta lors d’une réception en l’honneur de son mari à la Maison-Blanche en 1966. Elle possédait plusieurs autres bijoux réalisés par Marianne Ostier.

mamdouha-a-la-maison-blanche

1966 : Mamdouha As-Sayyid, épouse d’Elmer Holmes Bobst à la Maison-Blanche

Depuis, on n’a plus vu le diadème porté… Début 2016, il a refait surface, présenté aux enchères par Sotheby’s. Cela nous a valu quelques très belles vidéos et photos du diadème sous toutes les coutures :

Détails du diadème

On ignore qui a acheté le diadème. L’immense – et merveilleuse – surprise serait que l’acheteur fût le prince héritier Léka d’Albanie qui se marie samedi prochain, le 8 octobre 2016, avec Elia Zaharia. On sait que la future princesse héritière d’Albanie portera des bijoux provenant des reines Géraldine et Susan… Mais il s’agit plus probablement d’un autre diadème dont nous parlerons un de ces jours…

Réalisation du diadème : 1938

Joaillier : Marianne Ostier pour la maison viennoise Oesterreicher

Statut actuel : Inconnu

L’ont porté : La reine Géraldine d’Albanie, Mrs. Mamdouha Holmes Bobst

Apparitions identifiées du diadème :

  1. 30 septembre 1938 : Festivités des dix ans de la monarchie albanaise (Reine Géraldine d’Albanie)
  2. Septembre 1938 : Festivités des dix ans de la monarchie albanaise (Reine Géraldine d’Albanie)
  3. 1966 : Réception à la Maison-Blanche en l’honneur de Mr. Elmer Holmes Bobst (Mrs. Mamdouha Holmes Bobst)