The Dutch Mellerio Ruby Parure

« Le 18 décembre 1888, les ateliers Mellerio de la Rue de la Paix, à Paris, reçurent une facture d’une valeur de 160 000 florins, une véritable fortune pour l’époque. C’était le prix de la pièce que Willem III avait commandée pour son épouse, la reine Emma. L’ensemble, formé d’un diadème, d’un splendide collier et d’un fastueux éventail contenait presque mille pierres, de rubis et de diamants. L’importance de la pièce était telle que Mellerio confectionna un modèle en argent pour faire les essayages sur la tête de la souveraine avant de la commencer. A la mort du roi Willem III […], sa veuve décida, en signe de respect, de substituer des diamants aux rubis. On l’appela le diadème blanc. » (Traduction de la Revista Vanity Fair). C’est ainsi que commence l’histoire de notre diadème du jour, le premier que nous allons voir venant de la très abondante cassette de la famille royale des Pays-Bas.

The Dutch Mellerio Ruby Tiara 2

Le diadème Mellerio de rubis et de diamants Continuer à lire … « The Dutch Mellerio Ruby Parure »

Publicités

Dîner de gala : Les 70 ans du roi Harald V de Norvège (2007) (III)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques photos du bal

Dernier volet de notre reportage sur les 70 ans du roi Harald V. Retrouvez les deux premières parties ici et . A présent, nous allons voir les sœurs, cousines, parentes des souverains qui assistaient également au dîner de gala et au bal de l’anniversaire du roi de Norvège.
Continuer à lire … « Dîner de gala : Les 70 ans du roi Harald V de Norvège (2007) (III) »

The Antique Corsage Tiara

Toujours dans la série des diadèmes de l’ex-famille royale grecque, voyons aujourd’hui un fin et élégant diadème de perles et diamants, qui provient de la famille royale danoise si l’on remonte à ses origines, et encore plus haut de la famille royale suédoise. Je vous montre tout de suite l’objet en question :

The Antique Corsage Tiara.jpg

Le diadème de perles et diamants offert à la princesse Anne-Marie de Danemark par ses parents

Ce très léger diadème de feuillage de perles et diamants trouverait son origine dans un devant-de-corsage qui aurait appartenu à la reine Victoria de Suède, née princesse de Bade (1862-1930). Continuer à lire … « The Antique Corsage Tiara »

Queen Sophia of Sweden’s Pearl & Diamond Tiara

Article dédié à Ric Hochet

Second diadème volé du blog ! Il y en aura d’autres car, hélas, les diadèmes attirent les voleurs. Notre diadème d’aujourd’hui a servi pendant une quarantaine d’années à parer la princesse Christina de Suède, Mrs. Magnuson, pour moult grands événements…

queen-sophia-of-swedens-pearl-diamond-tiara-1

Le diadème de la princesse Christina de Suède

Ce diadème a été réalisé pour la reine Sophia de Suède et de Norvège (1836-1913) au XIXè siècle Continuer à lire … « Queen Sophia of Sweden’s Pearl & Diamond Tiara »

Queen Victoria’s Sapphire Coronet

Un diadème de saphirs et diamants va-t-il bientôt réintégrer la collection royale ? C’est le vœu que je forme, tant la valeur historique et sentimentale de ce bijou me semble s’y prêter. L’idéal serait que le prince William l’achète pour son épouse Catherine, qui n’a pas de diadème à elle, même si la reine lui prête le diadème très souvent porté par sa belle-mère Diana ou le diadème à motif de papyrus. Bon, voici le diadème en question :

Queen Victoria's Sapphire Coronet 3

Le diadème en saphirs et diamants de la reine Victoria

 Ce diadème d’inspiration gothique, réalisé en saphirs taille coussin sertis sur or jaune et diamants sertis sur or blanc est une commande du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha (1819-1861), prince consort du Royaume-Uni, pour son épouse, la reine Victoria (1819-1901). Cette commande fut passée en 1842 au joaillier Joseph Kitching pour 415 livres. La même année, la reine Victoria fut peinte par Winterhalter, portant sa couronne de saphirs et diamants (on peut ici parler de couronne, le bijou pouvant être fermé) :

1842 Queen Victoria by Franz-Xaver Winterhalter

1842 : Portrait de la reine Victoria par Winterhalter

Le diadème comporte donc un bandeau de diamants avec de petites feuilles de diamants au milieu desquelles sont enchâssés d’imposants saphirs. Le bandeau est surmonté de festons de diamants, dont chaque pointe est elle-même alternativement surmontée d’un trèfle formé de trois diamants ou d’un seul diamant. On possède plusieurs portraits ou photos de la reine portant le diadème d’une manière plus classique que sur le portrait de Winterhalter :

Queen Victoria with sapphire coronet 1

Ca. 1875 : Photo de la reine Victoria

Après la mort de la reine, sa couronne de saphirs et diamants ne fut pas portée par les reines Alexandra (1844-1925) et Mary (1867-1953) qui lui préféraient des diadèmes plus imposants. On ne revit donc le diadème de la reine Victoria qu’en 1922, année du mariage de la princesse Mary, princesse royale, seule fille du roi George V (-1936) et de son épouse. A l’occasion du mariage de la princesse royale et d’Henry, vicomte Lascelles et futur comte d’Harewood, les souverains britanniques offrirent à leur fille le diadème de son aïeule, ainsi qu’un collier et un bracelet de saphirs et diamants :

1922 Pcess Mary's wedding parure 1

1922 : exposition de la parure de saphirs et de diamants offerte à la princesse royale par ses parents pour son mariage

J’ai trouvé à ce jour quatre photos différentes de la princesse royale portant le diadème de la reine Victoria, dont l’une prise entre 1922 et 1929 (ci-dessous à gauche), avant qu’elle devienne comtesse de Harewood), l’autre prise probablement dans les années 1930, après que son mari ait hérité du titre de comte (en couverture) et la troisième datant de la fin de sa vie, dans les années cinquante ou soixante, alors qu’elle se rend à un événement de gala en compagnie de la duchesse de Kent (ci-dessous à droite). Si quelqu’un peut dater plus précisément ces photos, je suis intéressée, of course :

A gauche, 1922-1929 : la princesse royale, vicomtesse Lascelles ; à droite : 1950s-1960s : la princesse royale, comtesse de Harewood, en compagnie de la duchesse de Kent

Après la mort de la princesse royale, il semble que le diadème de la reine Victoria fût le seul diadème qui restât dans la famille Lascelles. On le revit à deux reprises : une fois arboré par Patricia Lascelles, comtesse de Harewood, deuxième épouse du fils aîné de la princesse royale. La seconde par Andrea Kerswhaw, première épouse de l’actuel comte de Harewood :

Patricia Lascelles, Countess of Harewood 2

A gauche, Patricia Lascelles lors d’un événement non identifié ; à droite, 6 août 1992 : mariage de Mark Lascelles et d’Andrea Kershaw

Mais cela n’a pas duré. Il semble que le diadème ait été vendu à un revendeur londonien après la mort de George, comte de Harewood (1923-2011) et fils aîné de la princesse royale, peut-être pour payer les taxes de succession. D’aucuns disent que c’est à Wartski… Toujours est-il qu’un coup de théâtre a éclaté ces derniers jours : le revendeur londonien a trouvé un acheteur étranger pour le diadème de la reine Victoria. Mais le ministère de la Culture britannique est intervenu, refusant le permis d’exportation du diadème pendant quelques mois, dans l’espoir qu’un acheteur britannique pointe le bout de son nez. Ainsi, le diadème resterait sur le sol anglais…

Réalisation du diadème : 1842

Joaillier : Joseph Kitching

L’ont porté : Reine Victoria du Royaume-Uni, Princesse Mary, princesse royale, comtesse de Harewood, Patricia Lascelles, comtesse de Harewood, Andrea Lascelles

Apparitions identifiées du diadème :

  1. 1842 : Portrait de la reine Victoria peint par Franz-Xaver Winterhalter (Reine Victoria du Royaume-Uni)
  2. 6 février 1866 : Ouverture du Parlement (Reine Victoria du Royaume-Uni)
  3. 1874 : Portrait de la reine Victoria par Henry Richard Graves (Reine Victoria du Royaume-Uni)
  4. 1875 : Photo de la reine Victoria du Royaume-Uni (Reine Victoria du Royaume-Uni)
  5. 1922-1929 : Photo officielle de la princesse royale, vicomtesse Lascelles (Princesse Mary, princesse royale, vicomtesse Lascelles)
  6. 1930s : Photo officielle de la princesse royale, comtesse de Harewood (Princesse Mary, princesse royale, comtesse de Harewood)
  7. 11 mai 1934 : Concert à l’Albert Hall pour le Fonds de bienfaisance des Musiciens (Princesse Mary, princesse royale, comtesse de Harewood)
  8. 1950s-1960s : Evénement non identifié (Princesse Mary, princesse royale, comtesse de Harewood)
  9. 1970s : Evénement non identifié (Patricia Lascelles, comtesse de Harewood)
  10. 6 août 1992 : Mariage de Mark Lascelles et d’Andrea Kershaw (Andrea Kershaw)

The Norwegian Amethyst Necklace Tiara

Vous vous souvenez du collier d’améthystes suédois devenu diadème ? Les améthystes : le retour ! Restons dans les pays scandinaves et voyons à présent un diadème de facture contemporaine réalisé pour la reine Sonja de Norvège. C’est un cadeau de son mari, le roi Harald V, qui le lui a sans doute offert dans les années 1990.

The Norwegian Amethyst Necklace Tiara.JPG

Le collier-diadème norvégien Continuer à lire … « The Norwegian Amethyst Necklace Tiara »

The Naasut Tiara

J’aimerais bien qu’il y ait bientôt un tiara event au Danemark, où la reine, la princesse héritière et la princesse Marie porteraient leurs diadèmes de création contemporaine : la princesse héritière serait alors coiffée du diadème de minuit, la princesse Marie du diadème aux lys d’argent. La reine Margrethe, elle, arborerait le diadème que nous allons voir maintenant : le diadème Naasut.

Le diadème Naasut en or

Il s’agit, tenez-vous bien, d’un diadème écologique : en effet, pour le créer ont été réutilisées des pièces d’or frappées pour l’Année Polaire Internationale. L’or de ces pièces a été extrait des mines de Kirkespidalen, au Groenland.

Gold coins

Exemple de pièces d’or

Il a été créé par Nicolai Appel en collaboration avec la reine Margrethe qui, décidément, a l’air d’aimer les diadèmes en or : elle possède également un diadème de coquelicots d’or, cousin presque germain de notre diadème du moment. Toujours est-il que ce diadème lui a été offert par le peuple du Groenland pour son jubilé de rubis, en 2012. Il est fait en or, diamants (tout petits) et rubis (qui me semblent invisibles à l’œil nu, s’ils existent…).

Margrethe II de Danemark tient le diadème qu’on vient de lui offrir et essaye les boucles d’oreilles

Le diadème a des motifs floraux et représentent des fleurs du Groenland :

Galerie motifs.JPG

4 motifs de fleurs du diadème

Le diadème est divisible en cinq broches ou trois peignes. Vont avec des boucles d’oreilles qui forment ainsi une demi-parure :

A gauche, 2 peignes ; à droite, les BO assorties au diadème

Etonnamment, Margrethe, qui avait reçu son diadème fin 2012, le porta pour la première fois assez rapidement après : elle l’inaugura pour le traditionnel dîner de gala du Nouvel An qui a lieu au Danemark chaque 1er janvier.

1er janvier 2013 : Réception du Nouvel An & 24 janvier 2017 : Visite d’Etat islandaise

Réalisation du diadème : 2012

Joaillier : Nicolai Appel

Statut actuel : En possession de la reine Margrethe II de Danemark

Apparitions du diadème :

  1. 1er janvier 2013 : Réception du Nouvel An (Reine Margrethe II de Danemark)
  2. 24 janvier 2017 : Visite d’Etat islandaise au Danemark (Reine Margrethe II de Danemark)

(Copyright photos du diadème, des motifs, des peignes et des BO : Site de Nicolai Appel)